Belgique

Paul Martens, qui fut, notamment, président de la Cour constitutionnelle, a démontré en quoi le projet de loi sur les visites domiciliaires contrevient aux droits pénal, constitutionnel et européen.