Belgique

Les travailleurs de l'aéroport de Charleroi en grève depuis vendredi ont décidé samedi après-midi de suspendre leur mouvement, a-t-on appris de sources syndicale et patronale.

Les vols de la compagnie aérienne à bas prix Ryanair pourraient reprendre lundi matin, a quant à elle annoncé cette compagnie à l'agence BELGA. Les travailleurs du ministère wallon de l'Equipement et des Transports (MET) affectés à la sécurité des deux aéroports wallons étaient partis en grève pour exprimer leur refus d'être à l'avenir employés directement par les sociétés gestionnaires des aéroports, des firmes privées soutenues par les autorités wallonnes.

Un protocole d'accord avait été conclu samedi matin entre les syndicats et le ministre wallon des Transports, André Antoine, puis soumis aux assemblées générales tant à Liège-Bierset qu'à Charleroi.

A Charleroi, le personnel du MET a décidé de suspendre son mouvement en échange d'une suspension de la décision du gouvernement wallon, qui s'est engagé à la transformer en note d'orientation - qui est négociable -, a expliqué un délégué syndical, Iannis Kalogiros. La suspension de la grève durera le temps des négociations, a-t-il ajouté.

L'administrateur délégué de la société de gestion de l'aéroport de Bruxelles-Sud, Marcel Buelens, a confirmé la suspension du mouvement, sans pouvoir indiquer avec précision quand le trafic pourrait reprendre, mais évoquant la date de dimanche. Selon M. Kalogiros, les syndicats ont proposé à Ryanair de rapatrier ses appareils ayant quitté Charleroi dès samedi soir, afin de reprendre les vols dimanche matin.

Mais un porte-parole de la compagnie irlandaise à bas prix, David Gering, a indiqué que la reprise des vols était une procédure complexe, qui ne pouvait débuter dimanche. Il a évoqué l'échéance de lundi, assurant que Ryanair préviendrait ses passagers. "On essaye lundi", a-t-il dit.

A Bierset, où le trafic passagers est moindre, le mouvement de grève n'a causé samedi aucune perturbation, à l'exception de trois vols qui avaient été prévus au départ de Bruxelles et d'un vol intercontinental de la compagnie de fret TNT qui a été retardé. Vendredi, trois vols passagers avaient été annulés, a rappelé le porte-parole de l'aéroport, Vincent Gernay. M. Antoine a indiqué avoir confirmé aux délégués syndicaux que les deux sociétés de gestion qui seront mises sur pied pour assurer les missions de sécurité et de sûreté, tant à Liège qu'à Charleroi, seront détenues à 51% par le gouvernement wallon.

"J'ai également indiqué, à nouveau, que l'emploi, le lieu de travail et les pensions étaient garantis et que le travailleur a le choix d'accepter le transfert ou, s'il refuse, de redevenir fonctionnaire à Namur", a expliqué le ministre. Il a également garanti qu'avant la création de ces deux nouvelles sociétés, des discussions auront lieu avec les syndicats sur chaque point.