Belgique

Il est l'un des rares tueurs en série belge.

 

Depuis son arrestation en septembre 2015, Renaud Hardy s'était montré dur et silencieux sur certains éléments. Il n'avait reconnu que l'assassinat de Linda Doms, dont il avait filmé la scène. La victime de 51 ans avait été torturée et violée à son domicile à Hofstade, dans le Brabant Flamand, avant d'être tuée.

Selon Het Laatste NIeuws, le Malinois a finalement reconnu tous les faits qui lui étaient reprochés et plus encore... Puisqu'il a également avoué le meurtre de Maria Walschaerts à Leest en 2014 et la volonté de tuer plusieurs autres personnes. Renaud Hardy a en effet déclaré qu'il avait voulu tuer une famille entière le soir du 29 septembre 2014. Son plan avait néanmoins échoué. Ce soir-là, il avait tenté de pénétrer dans l'habitation d'Anne H., habitant à Bonheiden près de Malines. Il avait endommagé sa porte d'entrée avec une hache mais malgré ses tentatives, il ne parvint pas à entrer dans la maison. "Ces déclarations sont importantes pour ma cliente. Cela me rappelle l'affaire De Gelder. S'il se retrouvait devant votre porte, c'était donc une pure question de chance ou de malchance", a déclaré l'avocat de la victime.

Visiblement frustré par son échec, l'assassin avait décidé de s'en prendre le lendemain à une cycliste de 34 ans qui n'aura pas eu autant de chance qu'Annie. La jeune femme succomba au tir du fusil de chasse.

Le soir de la Saint-Valentin en 2015, Renaud Hardy s'était attaqué à une actrice flamande, Veerle Eyckermans, chez elle à Zemst. Rouée de coups de bâton, la femme de 55 ans a survécu grâce à l'intervention d'un voisin. Nouvelle erreur du tueur en série : dans la précipitation, il a oublié son bonnet portant son ADN. Selon lui, "quelqu'un avait dû le voler et le laisser là". Mais lors de ses récents aveux, il a admis qu'elle "avait eu beaucoup de chance ce jour-là".

Selon l'avocat de l'actrice, "C'est le prototype du tueur en série, comme Kim De Gelder. Une haine grandiose qui devient insurmontable et qui fait que chacun est un candidat-victime".

Le procès de Renaud Hardy devrait commencer en février à Tongres et durera trois semaines.