Belgique Le "voyeur" gantois aurait-il commis une erreur capitale ce lundi dans le cadre de l'enquête sur une dizaine de femmes filmées à leur insu dans le complexe sportif d'une haute école de Gand ? 

Alors que la police interrogeait un des deux suspects, le contenu vidéo de ces femmes était retiré de la plateforme en question avant que le voyeur ne supprime complètement son compte. 

Une erreur qui pourrait coûter cher à Mike D.B autour duquel l'étau se resserre. Ce technicien informatique  et DJ de 41 ans, coach sportif au sein du compexe gantois, devient clairement le suspect numéro 1 de cette enquête qui tient la Flandre en haleine depuis quelques jours.

"Comme le premier suspect était détenu depuis la veille, il était impossible pour lui d'avoir accès à internet", indique une source proche du dossier à Het Laatste Nieuws. "A ce moment-là, on a compris que soit le jeune homme était innocent, soit les deux suspects publiaient ensemble les films pervers sur internet."

Lundi soir, alors que le premier suspect a été relâché, Mike D.B. a été auditionné. Durant l'interrogatoire, l'homme a reconnu faire partie du club sportif en question et filmer de temps en temps des filles depuis sa table de DJ.
Pendant ce temps, son appartement a été perquisitionné. Les enquêteurs ont aussi confirmé que l'adresse mail liée au profil du "voyeur" comportait le nom Mike.

Autant de preuves qui semblent définitivement coincer le fameux Mike D.B.