Belgique

Léna, 14 ans, est inscrite en 2e année différenciée dans une école secondaire bruxelloise après avoir échoué au CEB (certificat d’études de base) en fin de primaire. “Vu ses difficultés intellectuelles, elle n’aura jamais son CEB, c’est clair”, indique Annette Teutsch, sa maman. Mais pour l’adolescente porteuse de trisomie 21, ce n’est pas la certification qui compte, mais d’avancer dans ses apprentissages de base dans une école ordinaire, comme les autres enfants de son âge.