Belgique

Le Prix Nobel belge de médecine Christian de Duve a fêté mardi son nonantième anniversaire en présence des plus hautes autorités de l'UCL. Pour l'occasion, le fameux "Institute of Cellular & molecular pathology" (ICP), que l'éminent professeur avait fondé en 1974 et qu'il a présidé jusqu'en 1991, a été rebaptisé "Institut de Duve". Un changement de nom qui n'a pas été décidé pour faire plaisir à son fondateur mais bien pour lui permettre d'être mieux connu sur la scène internationale, a précisé Emile Van Schaftingen son directeur actuel.

Né en 1917, Christian de Duve a entamé sa carrière de chercheur dès le début de ses études de médecine en 1934 à l'Université catholique de Louvain où il est nommé professeur en 1947. Après s'être intéressé à la physiologie endocrinienne et à la biochimie métabolique, il se lancera dès 1950 dans la biochimie subcellulaire, domaine dont il sera un des pionniers. Titulaire de nombreux prix et non des moindres (il recevra le Nobel en 1974), Christian de Duve a été élevé au rang de Vicomte par le Roi en 1989.

Christian de Duve a profité de l'évènement, pour rappeler l'importance de la recherche fondamentale, trop peu soutenue selon lui, en Communauté française. "Par définition, la recherche fondamentale c'est l'exploration de l'inconnu. On ne sait pas ce que l'on va trouver. Il ne faut donc pas nous demander ce que cela va rapporter", a-t-il indiqué. "L'expérience montre pourtant que les découvertes en recherche fondamentale bénéficient directement à la médecine appliquée et engendrent par la suite des retombées lucratives", a-t-il ajouté.

Le pro-recteur de l'UCL à la recherche, Roland Keunings, a, lui, indiqué que des solutions semblaient se dessiner pour parvenir à obtenir plus de subsides dans ce secteur. "Très prochainement, un accord sera notamment passé entre centres de recherche, entreprises et autorités pour contribuer au soutien de la recherche fondamentale", a-t-il expliqué.

L'Institut de Duve, institut de recherche biomédicale associé à l'UCL, s'est distingué à plusieurs reprises par des découvertes dans la recherche sur le cancer, les maladies génétiques et les maladies infectieuses. Il emploie 250 chercheurs.