Les aéroports ouverts. Le débat aussi

Publié le - Mis à jour le

Belgique

p>

Telles sont les perturbations prévisibles mercredi soir, au moment d'écrire ces lignes, que provoqueront des agents de la fonction publique wallonne en guise de protestation contre le projet gouvernemental qui veut en réformer la structure. On aurait ainsi échappé à ce qui était annoncé mardi soir comme le plus dur et visible, à savoir le blocage des aéroports - en plein début de vacances pour le carolorégien, en pleine présentation de projet de développement de l'entreprise TNT pour le liégeois.

Si la situation a été floue durant toute la journée d'hier, pour finalement se décanter en partie, on le doit à l'intervention des politiques (ministre-président Di Rupo en première ligne, semble-t-il), mais aussi à des débats assez difficiles dans et entre les syndicats de la fonction publique.

Au départ, on a donc le scénario du ministre (PS) de la Fonction publique, Philippe Courard, annoncé après un premier feu vert du gouvernement, de fusionner les deux ministères constitués au fil de la régionalisation : le ministère de l'Équipement et des Transports (Met) et celui de la Région wallonne (MRW). En lieu et place des 12 actuelles directions générales, le ministre annonce 6 services opérationnels et 2 services transversaux, chacun avec directeur sous mandat, et un comité qui rassemble les directeurs; il dément toute perte d'emploi; il reconnaît qu'il y aura des modifications et regroupements de services.

Prématuré ?

Aussitôt, les syndicats s'insurgent contre le manque de communication, puisqu'ils ont été tenus à l'écart. Ils ajoutent une crainte de fond, celle de voir accentuer encore le recours aux privés et aux intérimaires. Depuis, ils ont troqué la critique contre la rédaction d'un cahier de revendications parmi lesquelles on trouve une augmentation de la prime de fin d'année, des mesures de "staturisation" des contractuels, une négociation globale sur la politique des ressources humaines.

Après une injure pour laquelle il s'est excusé (à l'égard de certains fonctionnaires qu'il avait qualifiés de "pommes pourries"), M. Courard continue à dire qu'il ne comprend pas un mouvement "prématuré". L'opposition, elle, comprend mieux : le MR dénonce une très mauvaise communication, une relative improvisation et toute la liberté laissée dans le futur organigramme au PS; tandis qu'Ecolo évoque ébahissement dans la manière, perplexité et inquiétudes quant au contenu.

P.P.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM