Belgique

Les agents de police pourront désormais soumettre leurs collègues à un test d'alcoolémie ou de drogue durant leurs heures de travail. 

Jusqu'à présent, seul le chef de corps était habilité à renvoyer chez lui un agent soupçonné d'être sous l'emprise d'un psychotrope, rapporte Het Laatste Nieuws lundi. La procédure disciplinaire en vigueur au sein de la police connaît quelques modifications. Désormais, tout supérieur fonctionnel - au moins inspecteur en chef - peut faire souffler un agent soupçonné d'être sous influence dans le ballon ou le soumettre à un test de drogue sans permission préalable de l'autorité disciplinaire.

Pour le vice-président du SLFP Police Vincent Houssin, cette nouvelle disposition s'apparente à une "chasse aux flics". S'il s'oppose à la consommation d'alcool sur le lieu de travail, il ne voit pas la finalité de la mesure. "Où veut-on en venir en permettant à quiconque de faire souffler un collègue n'importe quand? Ça ne mènera qu'à de l'irritation et à du ressentiment. Où cela s'arrêtera-t-il? Doit-on bientôt s'attendre à des contrôles surprises au sein des corps de police? Il s'agit d'une prérogative du chef de corps", estime-t-il.