Belgique

L'avocat liégeois Victor Hissel, suspect d'avoir volontairement téléchargé des images pédopornographiques, est passé aux aveux selon des informations non officielles apparues mardi et relayées d'abord par "Sud Presse" sur son site Internet.

Contrairement à ses dénégations publiques de la veille, il avait reconnu dès jeudi dernier les faits de manière complète.

Réentendu lundi

On a ensuite appris que, initialement convoqué au palais de justice de la Cité ardente le 14 février, il avait été emmené menotté à son domicile puis à son bureau en vue des perquisitions qui y étaient menées (LLB 19/2). Que, devant l'évidence, il avait admis la présence des photos et vidéos malsaines sur son ordinateur. Qu'il avait reconnu avoir utilisé sa carte de crédit pour payer ces images.

Il semble également acquis que ses visites sur des sites de pédophiles, hallucinantes dans le chef du héraut longtemps attitré de trois familles victimes de Dutroux, n'avaient pas d'enquête professionnelle pour objet et ne devaient alimenter aucun dossier, mais seulement ses envies - que l'intéressé a expliquées par une "curiosité" teintée de soucis personnels et médicaux.

On sait aussi que la période infractionnelle supposée se compte en années. Après avoir remarqué sa tendance - peut-être née de très vieux stigmates -, son épouse a par exemple tenté dans le passé de le pousser à se soigner, ce qu'il avait accepté sans pour autant le faire - d'où plus qu'un désaccord.

On attendra cependant une confirmation officielle avant de dire certains tous ces épisodes. Danièle Reynders, procureur du Roi de Liège, nous expliquait mardi : "Je peux vous confirmer qu'il a été réentendu lundi mais je n'ai pas pu prendre connaissance du PV d'audition et je ne puis donc rien vous en dire". On devrait en savoir plus ce mercredi.

Condamnation à Bruges

On sait que l'inculpation récente de Victor Hissel (qui reste présumé innocent et qui ne s'était pas immiscé à dessein dans l'affaire Dutroux, puisqu'il y avait été appelé) pour détention d'images pédopornographiques est l'une des suites d'une opération internationale de lutte contre les internautes pédophiles lancée en Australie. Ouverte au mois de juillet 2006 et baptisée "Koala", elle avait aussi conduit à l'arrestation d'un Brugeois, Pascal T., qui avait abusé de ses filles de 9 et 11 ans et avait diffusé sur Internet ses coupables images.

Or cet homme a été condamné mardi par le tribunal correctionnel de Bruges à 10 ans de prison, à 10 ans de privation de ses droits et enfin à 10 ans de mise à disposition du gouvernement.