Les avocats en grève dès mercredi

J.-C.M. Publié le - Mis à jour le

Belgique

C’est désormais chose acquise : les avocats membres des barreaux francophones et germanophone feront "grève" à partir de mercredi. Entendez par là que les désignations des avocats pro deo, autrement dit des avocats désignés dans le cadre de l’aide juridique accordée gratuitement à diverses catégories de justiciables, seront suspendues.

On l’a déjà écrit : l’aide juridique est rémunérée selon un barème de points, correspondant aux prestations livrées par les avocats. Le budget tient dans une enveloppe fermée. Le nombre de prestations étant en hausse constante, la valeur du point est tombée de 26,91 (en 2010) à 24,03 euros. L’Ordre des barreaux francophones et germanophone entendait obtenir que la valeur du point soit remontée à 26,91 euros. La ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open VLD), lui a royalement proposé 25,39 euros. Le CA de l’OBFG s’est réuni lundi et a confirmé son intention de partir en grève dès mercredi.

A Dinant, le barreau a, on le sait, déjà anticipé le mouvement. Dans d’autres arrondissements judiciaires, les avocats sont également très remontés. Lundi, au palais de justice, prononçant un discours dans le cadre de la prestation de serment mensuelle des avocats stagiaires, le bâtonnier de Bruxelles, Me Jean-Pierre Buyle, s’en est pris vertement à la ministre de la Justice et à l’exécutif fédéral dans son ensemble et à la façon dont ils traitent les avocats en particulier et la justice en général.

Il a rappelé que le problème de l’aide juridique se doublait de celui du (non) paiement des prestations effectuées dans le cadre de l’exécution de la loi Salduz, prévoyant l’assistance d’un avocat aux côtés de tout suspect privé de liberté. On sait que les permanences Salduz sont suspendues depuis le 1er avril. Bref, l’ambiance dans les barreaux fait furieusement penser à celle qui règne dans les prisons.

Publicité clickBoxBanner