Belgique Les plateformes informatiques se multiplient. La profession se modernise.

Depuis quelques jours désormais, la plateforme informatique à l’usage de tous les avocats œuvrant en Belgique est devenue une réalité. De même, le DPA-deposit, système permettant aux avocats de déposer de façon électronique leurs pièces et conclusions auprès de tous les tribunaux du pays, est opérationnel.

Ces deux dispositifs viennent s’ajouter aux logiciels des ordres (LGO) déjà en vigueur depuis quelques mois. Le plus important concerne l’informatisation de la gestion des dossiers des barreaux. Il fonctionne à Bruxelles, à Liège et à Luxembourg et il sera en production dans les autres barreaux dans le courant du mois de mars.

Une autre série de développements informatiques a pour objectif d’aider les avocats dans l’exercice de leur profession. Ils sont, pour certains, liés à des initiatives prises par le SPF Justice. Le DPA-deposit en fait partie. Son déploiement a pris du retard mais il fonctionne aujourd’hui sans problème, selon Avocats.be. On attend aussi la création d’un service eBox, permettant l’échange de courriers et de documents entre les avocats et les greffes, tels que les jugements et arrêts.

Tout cela a été rendu possible grâce à une politique budgétaire de l’informatique progressivement mise en place. Aux cotisations des barreaux et des avocats, a été ajouté un mode alternatif de financement via des redevances payées par les avocats utilisant les produits concernés. Derrière tout cela, apparaît la patte de Me Jean-Louis Joris et celle de l’ancien bâtonnier bruxellois Stéphane Boonen.