Belgique

Le préavis de grève pour le 22 mai déposé par le Syndicat autonome des conducteurs de train (SACT) pour protester contre l'entrée en vigueur de tests psychotechniques a été levé, a indiqué mercredi le syndicat. Les nouvelles dispositions légales en vigueur, découlant de la directive européenne 2007/59/CE, imposent en effet aux conducteurs de trains de passer des tests psychotechniques tous les trois ans dans le cadre de leur recertification. Ces tests concernent notamment des épreuves de vigilance et de mémoire.

Le syndicat pointait le caractère discriminatoire des tests que seuls les conducteurs belges doivent passer à cette fréquence, avait-il indiqué la semaine dernière.

Les représentants du SACT ont rencontré mardi les directions des ressources humaines et B-Technics ainsi que les responsables CPS (Corporate Prevention Service) en charge des épreuves psychotechniques. "Nous avions demandé une suspension de ces tests afin de clarifier l'ensemble de la mesure, de pouvoir en aménager les 'règles' d'application et finalement d'informer et préparer les conducteurs."

La SNCB a néanmoins fait savoir qu'elle était dans "l'impossibilité de faire marche arrière mais se dit prête à adapter certaines règles en concertation avec les conducteurs".

"Nous jugeons le résultat de cette discussion assez maigre, néanmoins le dialogue social est maintenu", souligne le syndicat qui a dès lors décidé de lever son préavis de grève.

Ce dialogue social devra se poursuivre la semaine prochaine au cabinet du ministre Magnette, selon le SACT.