Les confidences de Javaux aux Américains

Martin Buxant Publié le - Mis à jour le

Exclusif
Belgique

L’Americano. Alors que le "câblo-distributeur" diplomatique WikiLeaks a liquidé son stock de documents récemment, un mémo "confidentiel" entièrement consacré au coprésident d’Ecolo, Jean-Michel Javaux, a fait surface. Et a été repêché par "La Libre".

Ce long memorandum diplomatique a été rédigé dans la foulée d’une rencontre entre l’ambassadeur américain faisant fonction à Bruxelles - Wayne Bush - et Jean-Michel Javaux. Le diplomate américain effectue alors l’interim avant l’arrivée en poste de l’actuel ambassadeur Howard Gutman. Wayne Bush rapporte de manière circonstanciée sa rencontre avec le coprésident des verts francophones le 28 mai 2009 - quelques jours avant les élections régionales.

Voici quelques extraits de ce mémo envoyé à Washington par l’ambassade américaine à Bruxelles.

- Ce 28 mai alors qu’il rencontrait le chargé d’affaires (ambassadeur, NdlR), Jean-Michel Javaux a utilisé un ton particulièrement chaleureux et favorable en évoquant sa relation avec les Etats-Unis. En tant qu’ancien étudiant de la New York High School, Javaux dit qu’il a gagné en confiance et que son intérêt pour la politique s’est accru durant son séjour aux Etats-Unis. Il identifie Ecolo comme le plus important parti vert d’Europe. Il a un nombre étonnant de supporters clés parmi les riches familles industrielles belges, a-t-il expliqué.

(Note : l’anglais de Javaux est à présent excellent).

Il ajoute qu’il apprécie la société multicuturelle américaine et la lutte contre les préjudices. Beaucoup de membres d’Ecolo voient les Etats-Unis comme un ennemi, explique Javaux.

- Ecolo est probablement le plus grand parti vert au monde, pense Javaux. (Note : nous pensons qu’il parle en termes de pourcentage et pas en nombre absolu d’adhérents). Le parti essaie de s’élever au-dessus du spectre politique traditionnel des chrétiens, socialistes et libéraux, allant chercher des adhérents parmi les membres de ces trois courants philosophiques et bousculant les frontières entre les classes. Sur une échelle de zéro à dix, de gauche à droite, les supporters d’Ecolo se classent de 3 à 8, dit Javaux. Il explique que certains des militants Ecolo les plus importants viennent des familles riches qui contrôlent de grandes compagnies en Belgique, notamment RTL (une chaîne de télévision privée) et Umicore (un groupe chimique). Attention, Javaux a demandé de ne pas publier ces faits.

- Javaux a parlé avec sympathie des opérations militaires belges en Afghanistan et ailleurs.

- Javaux explique que comme coprésident il a essayé d’être un briseur de tabous. Lui et son parti entretiennent des relations avec les grandes entreprises, chose qu’ils ne faisaient pas auparavant. Javaux cite par exemple Electrabel, l’opérateur électrique belge. Le parti peut parler d’énergie nucléaire sans être taxé d’être "taliban", a expliqué Javaux, utilisant un terme souvent utilisé pour décrire les militants Ecolo radicaux.

- Javaux admet que la question de l’énergie nucléaire et de la réduction des émissions de CO2 est très délicate pour Ecolo. Il pense qu’il est possible de réduire les émissions de CO2 sans avoir recours à de nouvelles installations nucléaires. En outre, l’énergie nucléaire est chère. Cependant, explique Javaux, il sera nécessaire de retarder la fermeture des centrales nucléaires existantes de 5 à 10 ans par rapport à la date de 2025 qui était prévue. La Belgique est lente à créer des énergies renouvelables. [Retarder la fermeture des centrales] doit permettre de développer d’autres sources d’énergie. En 2015, Javaux s’attend à ce que 20-30 % de l’électricité belge soit d’origine éolienne. Des difficultés, dit-il, verront le jour vers 2020-2025 et la Belgique devra importer de l’électricité de France, d’Autriche et d’ailleurs en Europe.

- Sur l’Afghanistan et le Pakistan, Javaux admet que les membres d’Ecolo sont souvent critiques concernant l’opération militaire en Afghanistan. [ ] En outre, comme les immigrés deviennent des électeurs, la politique dans cette matière devient extrêmement contraignante. Javaux dit qu’il comprend le besoin de prévenir les conflits et de reconstruire l’Afghanistan. Mais, dit-il, le gouvernement a envoyé des soldats et de l’argent sans débat pubic significatif. Javaux dit qu’il est essentiel de travailler avec l’Otan et les Nations unies pour établir l’état de droit en Irak, au Liban et en Afrique du Nord. Il promet de faire davantage pour faire connaître du grand public le lien entre l’Afghanistan et la sécurité de la Belgique.

- Javaux explique que les services publics en Wallonie ont été très politisés par les socialistes, avec beaucoup trop de niveaux de pouvoir et une structure archaïque. Ecolo veut réduire l’importance des provinces qui ont perdu de leur signification. En tant qu’interface entre le fédéral et les communes avec l’émergence des Régions. Ecolo a des vues progressives mais veut être indépendant des socialistes et du Mouvement réformateur (MR). Ils peuvent travailler avec ces deux partis : Ecolo est en coalition avec le MR dans la commune de Javaux à Amay et avec les socialistes dans d’autres communes.

- Commentaire : avec une personnalité plaisante et énergique, Javaux slalome prudemment entre les partis traditionnels. Avec son expérience américaine et son expérience du pouvoir au niveau local en compagnie du Mouvement réformateur, il est bien possible que les verts créent la surprise en Wallonie en poussant des réformes qui ne sont pas nécessairement appréciées à gauche ou au centre.

Publicité clickBoxBanner