Belgique

Bien que les coups portés par Renaud Hardy à l'actrice Veerle Eyckermans n'ont pas mis sa vie en danger, le médecin légiste, Wouter Van Den Bogaert, a expliqué que le puissant coup que l'homme lui a assené à l'aide d'un objet à la tête aurait pu entraîner de graves conséquences.

"Cela aurait pu lui être fatal", explique-t-il mardi devant la cour d'assises de Tongres. Renaud Hardy a agressé Veerle Eyckermans, le 14 février 2015 dans son jardin, en lui portant des coups à la tête avec un manche en bois brisé. "Plus d'un an après les faits, les blessures externes ont été rapidement guéries, mais elle souffre de stress post-traumatique", explique Dr Van Den Bogaert.

Pour sa part, Renaud Hardy avait déclaré que s'il avait voulu tuer la victime, il l'aurait frappée à l'arrière de la tête. Mais selon le légiste, les coups qui ont été assenés étaient tout aussi dommageables.

Le président du tribunal Dirk Thys a demandé à Hardy ce qu'il aurait fait si le voisin alerté par les hurlements de Veerle Eyckermans n'était pas intervenu. "J'ai frappé Veerle, mais je me suis perdu dans son jardin", a déclaré M. Hardy en retour. "Il faisait nuit noire cette nuit-là, je le jure. Je l'ai blessée, mais si j'avais voulu la tuer, je ne l'aurais pas laissée partir."