Belgique Les élèves wallons choisissent de plus en plus l’anglais comme première langue moderne.

L’érosion est longue, mais constante. Les élèves wallons, dans le secondaire, sont de moins en moins nombreux à choisir le néerlandais (pour rappel, cet enseignement est obligatoire à Bruxelles). Alors qu’en 2010, 49 % d’entre eux l’étudiaient en tant que première langue moderne, ils n’étaient plus que 46,9 % à le faire en 2014, selon les derniers chiffres de l’administration. Dans le même temps, l’enseignement de l’anglais faisait un bon de 31 à 35,2 %. L’allemand restait à la traîne avec 1,3 %, et 16,7 % des élèves ne suivaient pas de première langue moderne.

Un deuxième choix

Plusieurs observations découlent de ces chiffres. La première est que la désaffectation se fait particulièrement en première secondaire. Beaucoup d’écoles primaires ne proposent qu’un choix de langue, qui est régulièrement le néerlandais. Ce dernier se maintient donc dans le fondamental.

"Plutôt que de parler de désaffectation du néerlandais de la part des Wallons, je dirais plutôt qu’il souffre de la concurrence croissante de l’anglais lorsqu’il faut choisir une première langue moderne, précise Nicole Bya, responsable du secteur langues modernes à la Fesec, la Fédération de l’enseignement secondaire du Segec (le réseau catholique). Je parle donc de concurrence et non de rejet, car beaucoup d’élèves qui suivent l’anglais s’engagent dans le néerlandais quand il faut effectuer le choix d’une deuxième langue moderne."

Une pénurie d’enseignants

Ces chiffres trouvent en quelque sorte un écho dans le supérieur. Officiellement, par arrêté du gouvernement, les fonctions de maîtres et professeurs de néerlandais sont classées en pénurie. Sur le terrain, de plus en plus de directions peinent à trouver rapidement un remplacement en la matière, quand un de leurs enseignants vient à manquer.


>>> Découvrez l'avis des spécialistes dans notre dossier <<<