Belgique

La disparition progressive des systèmes de prépension permettrait de faire face au vieillissement de la population et à ses conséquences sur le marché de l'emploi: voilà le credo répété avec force, mercredi, par la FEB à l'occasion de son forum consacré à l'emploi des plus de 50 ans. Concrètement, la fédération patronale plaide pour que soient relevés, dans une première phase, "par exemple d'ici à 2015", les âges et conditions de carrière pour tous les régimes de prépension. "Et dans une deuxième phase, il conviendrait de laisser disparaître progressivement tous ces systèmes", a ainsi affirmé Pieter Timmermans, directeur général de la FEB.

"La problématique de la fin de carrière est un défi pour notre société et non une marotte des employeurs. Il faut cesser d'affirmer qu'il ne faut rien changer", a de son côté déclaré Pierre Alain De Smedt, le président de la fédération patronale, lors du discours de clôture. "La FEB souhaite que les discussions entamées au sein du Conseil national du travail sur l'évaluation du Pacte de solidarité entre les générations soient menées à bien, mais il ne faut pas discuter dans le vide et nous devrons afficher au cours des prochains mois des résultats concrets qui feront la différence", a-t-il ajouté à l'adresse des syndicats.

Quant aux employeurs, "ils doivent aussi prendre leurs responsabilités en matière de vieillissement et de fin de carrière", a poursuivi M. De Smedt alors que seuls 5,2 pc de tous les engagements concernent les travailleurs de plus de 50 ans. Les patrons "doivent mener une politique du personnel moderne qui valorise l'expérience", a-t-il conclu non sans revenir sur l'un des sésames de la journée: "le succès d'une telle politique dépendra de la modification des règles appliquées aux régimes de départ anticipé. La FEB oeuvrera en ce sens afin d'en faire ensemble une opération gagnante pour tous."