Belgique

Dans sa lutte contre l'usurpation d'identité, la Belgique a depuis huit ans déjà inclus les empreintes digitales de ses citoyens dans une puce électronique de leur passeport. Mais en fait, personne ne les a jamais contrôlées, écrit Knack mercredi.

"Pour l'instant, les empreintes digitales sur les e-passeports peuvent uniquement être lues par le SPF Affaires étrangères", confirme le porte-parole Didier Vanderhasselt. Elles ne peuvent donc pas être contrôlées à l'aéroport de Zaventem, par des fonctionnaires étrangers aux frontières européennes ni même par les communes belges, qui délivrent ces passeports. Pourtant, le pays récolte ces empreintes depuis 2010 pour tous les citoyens âgés de plus de 12 ans. Plus de deux millions de personnes ont entre-temps reçu un passeport biométrique. En 2018, les choses devraient changer, affirme Didier Vanderhasselt. "Les communes et les consulats belges seront cette année en mesure de comparer les empreintes d'une personne qui demande un nouveau passeport avec celles présentes sur le dernier." Selon les Affaires étrangères, la collaboration avec les autres pays européens avance également.