Belgique Après différentes  polémiques et une demande en ce sens envoyée par plusieurs hautes écoles, c’est au tour de l’Unécof, l’Union des étudiants de la Communauté française, de demander au ministre de l’Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt (PS) de postposer la mise en place de la nouvelle formation initiale des enseignants (FIE) prévue pour septembre 2019.  Trop d’inconnues persistent dans le décret ”, affirme Olivier Coppens, président de l’Unécof.

Les étudiants s’opposent par ailleurs au test obligatoire “non contraignant” de français. Il s’agit en fait, pour l’Unécof, d’un examen d’entrée déguisé pour la deuxième année. “S’il rate ce test, continue Olivier Coppens, l’étudiant se retrouve avec cinq crédits supplémentaires à son programme de première année. Et ces crédits, il doit obligatoirement les réussir pour entrer en deuxième.” Cette mesure, les étudiants veulent la rediscuter.

Enfin, l'Unécof déplore "la disparition de l’appariement Français-Français Langue étrangère, ce dernier, appelé aussi FLE, ne devenant qu’une option. Permettre à tous les futurs enseignants l’acquisition de cet outil est une chance, mais ne plus avoir de spécialistes dans ce domaine nous semble insensé".

"Cette réforme ne peut être mise en oeuvre dans l’état actuel et nécessite un délai de réflexion complémentaire sans qu’il n’engendre un impact négatif", concluent les étudiants.