Belgique

A l’aide d’un argumentaire très construit et fruit de nombreuses rencontres, et en s’appuyant par ailleurs sur de multiples vidéos, flyers et affiches qui seront placardées dans les universités, la Fédération des étudiants libéraux (Fel), lance cette semaine sa campagne "La Fel fait son Pacte".

Au menu, un Pacte d’excellence à la sauce libérale, pour redorer le blason de l’enseignement en Belgique francophone.

Structuré en cinq chapitres abordant les différentes facettes de l’école, cet argumentaire prend ses distances avec le Pacte d’excellence du gouvernement PS-CDH à la Communauté française.

Si les constats sont partagés, les recettes ne sont en effet pas les mêmes. La Fel refuse ainsi un tronc commun jusqu’à 15 ans ou la fusion entre l’enseignement technique et l’enseignement professionnel. Derrière des idées très concrètes, comme celle de transformer les jours blancs délibératifs en fin de trimestre en journées de stage, on sent poindre une vision plus libérale d’une école qui doit avant tout favoriser l’instruction des élèves et moins leur éducation. Intéressant en soi, cet apport de la Fel prouve une fois de plus que le Pacte ne repose sur aucun consensus sociétal quant à la mission de l’école au XXIe siècle. C’est en cela qu’il sera difficile de le concrétiser sur le terrain.