Belgique Le 6 décembre approche à grands pas et de très nombreux enfants envoient leur lettre à saint Nicolas. En ces temps du tout numérique, le grand saint n'a pas (encore ?) d'e-mail mais bien une adresse postale : rue du Paradis 1, 0612 Ciel. Les petits Belges peuvent glisser leur courrier dans les boîtes aux lettres rouges de rue, sans besoin d'y coller un timbre. Et les quelque 400 000 lettres envoyées à saint Nicolas chaque année atterrissent dans un lieu très spécial, au coeur de Bruxelles : le secrétariat de saint Nicolas.

Une dizaine de personnes, des employés de bpost qui se sont portés volontaires et des intérimaires engagés pour l'occasion, traitent ces monceaux de courrier.

© PAPEGNIES OLIVIER


© PAPEGNIES OLIVIER


Parmi les petites mains du saint patron des écoliers, il y a Jean, qui s'occupe habituellement de la gestion d'équipes à bpost. "C'est la première année que je fais cela. Tous les jours, chaque secrétaire traite 200 lettres. Nous en avons reçu à ce jour en tout 70 000", indique-t-il. En face de son bureau, Cécile, employée à bpost, travaille aux côtés de sa fille Sophie, qui est embauchée en tant qu'intérimaire. "Je me suis portée volontaire cette année pour la première fois et cela me plaît beaucoup car c'est centré sur l'humain et que c'est amusant. Je suis curieuse de lire les lettres des enfants", déclare la postière.

Le courrier, traité au secrétariat du 6 novembre au 15 décembre, réserve pas mal de surprises.Outre la traditionnelle liste des cadeaux qu'ils aimeraient recevoir le 6 décembre, les enfants sages envoient beaucoup de dessins (certains très élaborés) des collages de photos des jouets qu'ils convoitent (ils adressent parfois même le catalogue entier !), des morceaux de carotte pour l'âne de saint Nicolas et des tétines par centaines, avec la promesse qu'ils n'y toucheront plus. Et puis il y a des lettres d'aveu, comme celle de ce petit garçon qui écrit : "Cher saint Nicolas, Je n'ai pas été sage cette année mais pourrais-je avoir quand même un cadeau ?".

© PAPEGNIES OLIVIER


© PAPEGNIES OLIVIER


Les secrétaires reçoivent des lettres émouvantes, d'enfants gravement malades ou qui viennent de perdre un membre de leur famille. Ils demandent à saint Nicolas de faire un bisou pour eux à cette personne qui est au Ciel.

Des adultes prennent aussi la plume, comme cette grand-mère qui écrit que ce sera sa dernière Saint-Nicolas. Dans un registre plus léger, une jeune femme qui a passé un entretien d'embauche pour un emploi invoque l'intervention divine du grand saint pour décrocher le job. Des femmes enceintes envoient également des missives pour leur enfant à naître.

Tous les courriers des enfants reçoivent une réponse, à condition que leur adresse figure sur l'enveloppe. Les secrétaires de saint Nicolas leur font parvenir une lettre et un cadeau : un livre à colorier et, pour les écoles, un poster géant avec un jeu de l'oie.

Pour bpost, ce service, qui ne lui rapporte rien financièrement parlant, est une évidence. "Il existe depuis plus de 30 ans et c'est une tradition, importante pour les enfants, qui nous tient à coeur. Les lettres, c'est notre business et c'est donc à nous d'assurer le service", souligne la porte-parole de l'entreprise.

Cette année, une nouveauté, le dicta-lettre, est à signaler. Sur le site www.dictalettre.be, les tout jeunes enfants peuvent dicter leur message à saint Nicolas. L'ordinateur le retranscrira en une lettre dactylographiée imprimable.