Belgique Ces deux catégories de travailleurs pourraient bénéficier d’une pension anticipée pendant encore vingt ans, rapporte jeudi la Dernière Heure les Sports.

En 2030, l’âge de la pension légale sera prolongé à 67 ans pour l’ensemble des travailleurs. Mais pour les militaires, les accompagnateurs de train et les cheminots, cela pourrait ne se produire qu’en 2039 seulement.

C’est en effet un projet du ministre des Pensions Daniel Bacquelaine qui prévoit une période transitoire de vingt ans pour ces métiers.

Mais l’Inspection des finances porte toutefois un avis négatif sur cette mesure. La période de transition prévue pour les autres fonctionnaires est beaucoup plus courte et faire une pareille exception pour le personnel de train et les militaires uniquement menace le principe d’égalité.

Au sein du gouvernement également, la question est très discutée. La N-VA est d’accord qu’une période de transition de 20 ans est nécessaire pour l’armée mais s’y oppose pour le personnel de train.

Le MR ne l’entend pas de cette oreille car le ministre de la Mobilité François Bellot redoute des grèves sur le chemin de fer en cas de passage en force.

Aujourd’hui, les militaires peuvent prendre leur pension à 55 ans contre 56 pour le personnel roulant de la SNCB.

Selon la proposition de Daniel Bacquelaine, l’âge de la pension serait augmenté progressivement chaque année d’une période de six mois. La spécialiste des pensions Ria Janvier (UAntwerpen) comprend ce raisonnement. "Pour retarder l’âge de la pension de 55 jusqu’à finalement 67 ans, on a besoin de temps. On ne démolit pas un temple sacré en un seul coup."

Dans la pratique, notons qu’il est possible que ni les militaires ni le personnel de train ne devront jamais travailler jusqu’à 67 ans : ils seront peut-être repris sur la liste des métiers pénibles qui permettent de partir plus tôt à la retraite.