Belgique

Les nouveaux hélicoptères NH-90 de la Défense seront tous les quatre cloués au sol dès la semaine prochaine, rapporte la VRT. Les Caïman doivent prendre la relève des anciens Sea King, notamment pour effectuer des opérations de sauvetage en mer. Mais les appareils pourraient rester indisponibles pendant un an et demi en raison d'un radar défectueux. Les NH-90 ont été acquis en 2015 par la Défense. Les hélicoptères ont coûté quelque 35 millions d'euros pièce. Ils ont été assemblés par un consortium d'acteurs militaires européens comme Airbus et Agusta-Westland. En 2019, les trois derniers Sea King accéderont à leur retraite définitive après plus de 40 ans de service.

Les nouveaux engins rencontrent toutefois d'importants problèmes. "Déjà à la livraison, il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond"', a indiqué le responsable de la force aérienne, le général Frederik Vansina. Trois des quatre appareils ne disposaient pas du radar performant souhaité. L'hélicoptère semblait en outre présenter quelques maladies de jeunesse et, d'après le personnel, il arrivait que le radar s'éteigne.

Le radar de trois Caïman doit donc être réparé par le fabricant. Initialement prévue pour une période de trois à six mois, cette mise à jour pourrait toutefois prendre plus de temps. Chaque hélicoptère pourrait être hors d'usage pendant un an et demi.

Un des appareils est encore opérationnel aujourd'hui, mais sera également indisponible la semaine prochaine en raison d'un entretien. Le premier Caïman réparé est attendu pour le printemps. Comme un seul hélico est disponible, tous les équipages doivent enchaîner les vols à tour de rôle afin de ne pas perdre les licences.

Les problèmes relevés sur les Caïman belges concernent également les modèles commandés par d'autres pays comme les Pays-Bas et l'Allemagne.