Belgique L'ancien premier ministre Guy Verhofstadt (Open Vld) dit avoir perdu un grand allié, "quelqu'un qui au-delà de notre trajectoire européenne et notre rêve européen communs, était devenu un ami". Le socialiste Van Miert était aux yeux du libéral Verhofstadt "un visionnaire et un réformateur effréné". "J'avais de l'admiration pour sa conviction tenace. Il a fait du parti socialiste en Flandre un parti moderne, et a fait en sorte que la Commission européenne soit entendue. Si seulement il y avait eu plus de Karel Van Miert en Europe! ", s'exclame Guy Verhofstadt.

Le ministre-président flamand sortant Kris Peeters (CD&V) voit dans la personne de l'ancienne éminence socialiste flamande "un véritable monument pour la Flandre". Il relève ses apports "inestimables", en tant que commissaire européen, au monde politique et à celui de l'entreprise. Kris Peeters rappelle aussi les plaidoyers menés par Karel Van Miert en faveur d'un rayonnement international fort pour la Flandre, notamment au travers du plan "Vlaanderen in actie", et d'une image d'une région ouverte et accueillante.

L'un des compagnons de route de Karel Van Miert, l'ancien président du parlement flamand Norbert De Batselier (sp.a), s'est dit "incroyablement choqué" par la nouvelle du décès de celui qu'il connaît depuis 1968, époque de leurs activités au sein des jeunes socialistes, puis comme assistants à la VUB. Karel Van Miert était aussi à ses yeux "un homme extraordinaire sur lequel on pouvait compter lorsqu'on avait un problème".

Pour l'ancien chef de groupe SP à la Chambre Louis Vanvelthoven, Karel Van Miert a été celui qui a donné au parti socialiste flamand sa véritable dimension dans le paysage politique belge, au sein du triumvirat qu'il constituait avec Willy Claes et Louis Tobback. Le syndicat socialiste FGTB, à travers son président Rudy De Leeuw, met en avant l'apport de Karel Van Miert dans le mouvement pacifiste, au travers de son engagement contre la présence de missiles américains à tête nucléaire. Il évoque ainsi la manifestation de 200.000 pacifistes en 1986, qui a mené à la chute du gouvernement Martens-Gol-Verhofstadt. C'est lui aussi qui a modernisé le SP en accordant plus d'attention au syndicat et à la mutualité. Au niveau européen, Karel Van Miert s'est dressé contre les entreprises les plus puissantes et les lobbies, observe le président de la FGTB.

Dehaene: "une perte pour la Belgique et l'Europe"

L'ancien premier ministre Jean-Luc Dehaene (CD&V) a déploré mardi, à l'annonce du décès subit de l'ancien commissaire européen Karel Van Miert, une perte pour le pays et pour l'Europe, en plus de celle d'un "très bon ami".

Les chemins des deux hommes se sont continuellement croisés ces quarante dernières années, aux niveaux national et européen. Pour Jean-Luc Dehaene, l'une des périodes les plus intenses qu'il ait partagées avec Karel Van Miert a été la formation du gouvernement Martens VIII en 1988, lorsque lui-même, alors informateur après une période de 100 jours sans gouvernement, a jeté les bases d'un nouvel exécutif avec les socialistes flamands présidés par Karel Van Miert. "Il a modernisé la social-démocratie en Flandre", résume Jean-Luc Dehaene.

En tant que commissaire européen à la Concurrence, Karel Van Miert a défendu l'intérêt de l'Europe, "parfois même à l'encontre de son pays", reconnaît celui qui était alors premier ministre.

Sur la passion du défunt pour le jardinage, Jean-Luc Dehaene se souvient des blagues continuelles que lui adressait Karel Van Miert. "Il disait toujours qu'il était un 'professional', et moi simplement un petit agriculteur. Il reconnaissait que j'étais plus costaud que lui sous certains aspects, mais pas lorsqu'il s'agissait de jardiner, et je le lui accorde".

Décès de Karel Van Miert: Wilfried Martens déplore la perte d'un ami

L'ancien premier ministre Wilfried Martens (CD&V) s'est dit "profondément touché" par la mort tragique de Karel Van Miert. "Malgré nos divergences de vue politiques sur le plan belge, il était un de mes grands amis". "Malgré nos divergences de vue politiques sur le plan belge, il était un de mes grands amis. Nous partagions nos réflexions et nos préoccupations en toute intimité, non seulement sur l'avenir de la Belgique, mais aussi sur celui de l'Union européenne", a indiqué Wilfried Martens dans un communiqué.

Le chrétien-démocrate avait élaboré le Pacte d'Egmont avec Karel Van Miert à la fin des années '70. Dans les années '80, les deux hommes se sont longuement côtoyés sur la scène politique belge, l'un en tant que premier ministre, l'autre en tant que président du SP.

Ils ont ensuite bâti une carrière à l'Europe, Wilfried Martens devenant président du Parti populaire européen (PPE) et Karel Van Miert commissaire européen.

MR:"un homme qui forçait le respect"

Le MR a appris mardi "avec consternation et tristesse" le décès accidentel de Karel Van Miert, "un homme d'Etat qui forçait le respect", selon un communiqué diffusé mardi. Karel Van Miert "a marqué, au cours d'une carrière particulièrement active, l'histoire politique de notre pays et aussi celle de l'Union européenne", a souligné le MR.

Le président du parti, Didier Reynders, a adressé "ses plus sincères condoléances à la famille de Karel Van Miert, ainsi qu'à ses proches, ses amis et au sp.a". "En tant que Président du SP, Karel Van Miert se distingua par une personnalité et une action au-dessus de la mêlée des querelles linguistiques. Il fut également un Commissaire européen à la concurrence très remarqué et très déterminé, transcendant toujours les intérêts nationaux", a souligné M. Reynders.

Décès de Karel Van Miert: Herman Van Rompuy profondément bouleversé

Le premier ministre Herman Van Rompuy (CD&V) s'est déclaré mardi profondément bouleversé par la nouvelle du décès soudain de Karel Van Miert. "Karel Van Miert était un homme qui se mobilisait et se battait pour ses convictions, et surtout pour ses convictions européennes", a-t-il relevé dans un communiqué. "Il était également un homme de consensus, toujours à la recherche d'une solution. J'ai vraiment appris à le connaître en 1988, lors des négociations sur la réforme de l'Etat. J'ai tout de suite éprouvé de la sympathie et du respect à son égard. Nous sommes devenus depuis des amis proches, et nous nous rencontrions souvent", a déclaré le premier ministre.

Karel Van Miert était très soucieux de l'évolution du pays, a précisé M. Van Rompuy sur la VRT. "Il m'a soutenu ces deux derniers mois, et aussi lorsque j'étais explorateur royal. Son voeu le plus profond était que je devienne premier ministre, et il a été content lorsque je le suis devenu. Le paradoxe de l'histoire, c'est qu'il y a 15 ans, lorsque j'étais président de parti et que nous n'avions pas de réel candidat (au poste de premier ministre), j'avais pensé à lui", se souvient Herman Van Rompuy.

Poettering: un ardent défenseur de la cause européenne

Le président du Parlement européen, Hans-Gert Poettering, s'est dit mardi "profondément choqué" par le décès inopiné de Karel Van Miert, qui siégea six années durant au sein de cette assemblée. "Karel Van Miert était un Européen convaincu qui lors de ses mandats comme parlementaire européen de 1979 à 1985 et ensuite comme membre de la Commission européenne de 1989 à 1999 a travaillé avec ardeur pour défendre la cause européenne. Il s'est dévoué pour le projet européen tout en dépassant les clivages politiques, régionaux et nationaux", salue M. Poettering, cité dans un communiqué. "Il est tragique d'avoir perdu une grande personnalité européenne à un âge relativement jeune. Même si Karel Van Miert s'était retiré de la vie politique active, il apportait toujours sa contribution à l'Europe. Ses amis et ses collègues de tout horizon politique au Parlement européen regretteront profondément son absence", conclut le communiqué.