Belgique

La voiture s’engage sur la bretelle et accélère brutalement, sans guère se soucier de ceux qui travaillent sur le bas-côté. Les cônes de signalisation sont présents pour baliser une zone de sécurité, mais il ne constituent pas une assurance-vie. "C’est le principal danger, commente Humphrey Druart, qui arpente le bord des routes du Hainaut depuis quatre ans. Les gens sont pressés, ils ne font pas attention à nous", constate-t-il, sans guère s’en émouvoir.

Depuis 7 heures du matin, Humphrey et son collègue sont au travail. Avec leur petit camion, ils longent la Nationale 552 à hauteur de Hautrage pour ramasser les déchets abandonnés le long de la voirie. Il est 11 h 30 et la benne est déjà largement remplie. Combien de kilomètres avez-vous déjà parcouru ?, l’interroge-t-on, curieux. "Un peu plus de 500 mètres", répond-il en s’amusant de notre air abasourdi… "On ne se rend pas compte, poursuit-il . Même moi, avant de faire ce boulot, je n’imaginais pas qu’il y avait autant de déchets le long des routes. Et si vous allez voir au début de notre parcours, vous constaterez qu’il y a déjà sûrement des papiers."

Aucune amélioration

(...)