Belgique

A l'initiative des trois syndicats en front commun, environ 200 personnes, selon l'estimation de la police de Bruxelles-Ixelles, se sont rassemblées jeudi à 11h au Mont-des-Arts à Bruxelles, pour participer à l'action intitulée "L'égalité entre homme et femme vaut aussi pour les pensions". Les femmes présentes ont descendu "les marches de l'austérité" sur un tapis noir et hommes et femmes ont ensuite monté ensemble les marches du Mont des Arts sur un tapis vert, bleu et rouge, couleurs des syndicats, vers des pensions décentes.

Les syndicats ont mis en avant le montant de la pension moyenne d'une travailleuse en Belgique, qui est de 882 euros. Ils ont relevé qu'il est inférieur à celui des hommes et que la série de mesures prises par le gouvernement Michel autour des pensions va encore creuser cet écart.

Miranda Ulens, secrétaire fédérale de la FGTB, Anne Léonard, secrétaire nationale CSC, et Sabine Slegers, secrétaire nationale CGSLB, ont pris la parole. La responsable FGTB a notamment relevé que l'annonce du gouvernement visant à revoir à la hausse les pensions minimales ne concernera que les personnes ayant des carrières complètes et va donc exclure une majorité de femmes qui ont des carrières interrompues. Sabine Slegers remarque également que la suppression de périodes assimilées (maladie, chômage...) dans le calcul des pensions va pénaliser plus fortement les femmes. Elle ajoute que "les métiers lourds sont en discussion actuellement. Nous voulons que le critère de charge mentale et émotionnelle soit également pris en compte. Dans le secteur des soins notamment, cette charge est structurelle et ce sont surtout des femmes qui y travaillent."