Belgique Ils pensent par exemple que les immigrés représentent 30 % de la population belge, alors que la proportion réelle est de 16 %.

Sept Wallons sur dix estiment que les discriminations sur la base de l’origine ethnique sont les plus répandues en Wallonie. Pourtant, seuls 54 % d’entre eux pensent que les autorités publiques devraient agir davantage pour réduire ces inégalités. Le dernier Baromètre social de la Wallonie, publié par l’Institut wallon de l’évaluation de la prospective et de la statistique (Iweps), a constaté qu’une partie importante des Wallons avait une perception ambiguë de l’immigration en Belgique.

Surestimation des communautés minoritaires

Les Wallons surestiment ainsi largement le poids démographique de la population immigrée vivant en Belgique. De façon générale, les citoyens tendent à surestimer l’importance des groupes minoritaires et à sous-estimer les groupes majoritaires : les francophones pensent, par exemple, que les Juifs représentent 13 % de la population totale en Belgique alors que la proportion de cette communauté est inférieure à 1 %.

Des idées biaisées, l’opinion publique wallonne en a aussi à l’égard des effets supposés de l’immigration. Plus de 40 % des Wallons pensent que les immigrés prennent le travail des Belges, qu’ils ne contribuent pas à la prospérité économique et qu’ils accentuent la criminalité. Près de 70 % estiment même que ces individus seraient une charge pour la sécurité sociale du pays. Ces jugements vont cependant à l’encontre de plusieurs études.

Bonnet d’âne pour la Belgique

La manière dont les Wallons perçoivent les immigrés aurait des conséquences sur le quotidien de ces gens. Plusieurs études montrent que la surestimation du poids démographique d’un groupe minoritaire accentuerait l’hostilité et les discriminations à l’égard de ce groupe. Le Baromètre de l’Iweps révèle d’ailleurs que plus de la moitié des Wallons sont convaincus qu’à compétences et qualifications égales, les employeurs devraient embaucher en priorité des Belges. On comprend mieux pourquoi la Belgique fait partie des mauvais élèves des pays de l’OCDE en matière d’insertion des immigrés sur le marché du travail.

© IPM GRAPHICS