Belgique

Sus au racisme belgo-belge: si le président du FDF, Olivier Maingain s'apprête à agir sur le plan judiciaire, «à Bruxelles, si possible mais à Strasbourg s'il le faut» contre le ministre-Président flamand pour avoir «considéré les francophones comme des êtres inférieurs, avec un discours aux accents du Vlaams Belang», deux citoyens francophones, Jean-François Thayer (Woluwe-St-Lambert) et Yvan Verougstraete (Overijse) l'ont battu au sprint puisque lundi sur le coup de 14h, ils introduisaient une plainte contre Yves Leterme au commissariat de police de Woluwe sur base de la loi Moureaux.

Une démarche urgente «parce qu'il est temps de faire prendre conscience aux politiques néerlandophones que cela suffit. Nous ne pouvons pas plus longtemps admettre des considérations de type raciste dans notre pays, et ce encore moins quand elles émanent d'un des personnages-clés de l'Etat fédéral qui est censé favoriser le dialogue entre les Communautés»...

MM. Thayer et Verougstraete disent agir comme citoyens et rien que comme citoyens même si le premier sera candidat du CDH sur la liste Cap Woluwe alors que le second fut jadis un élu social-chrétien sampétrusien avant de prendre le chemin de la périphérie.

Précision importante quand même: «Le parti n'a pas été averti de la démarche», souligne Jean-François Thayer qui déplorerait d'ailleurs profondément de voir l'initiative récupérée par l'un ou l'autre parti. En fait, le duo veut donner la parole sur le sujet à l'ensemble des Belges, quelles que soient leurs origines. «Nous ne voulons pas opposer les communautés les unes aux autres mais en même temps nous ne sommes certainement pas non plus des Belgicains romantiques», commentent les deux plaignants qui ambitionnent de lancer une pétition et de créer un «thinktank», un «lieu de réflexion et de concertation pluri-communautaire qui remettrait à plat les tensions actuelles.»

C'est donc la carte de l'apaisement qui sera jouée. C'est ce qui explique aussi pourquoi les initiateurs n'ont pas fait cause commune avec Olivier Maingain. «Pour l'heure, nous ne voyons guère de Flamands prêts à se mettre à table avec le président du FDF...»

La querelle autour d'Yves Leterme envahit du reste aussi de plus en plus le terrain électoral communal: à Woluwe-St-Lambert, toujours, Danielle Caron, la chef de file de Cap Woluwe a stigmatisé les propos d'Olivier Maingain à propos de ses co-listiers CD&V qui se sont clairement distanciés des propos letermiens.

Avant de remarquer, un brin perfide, que dans certaines communes, le FDF n'a jamais refusé de gouverner avec le CD&V. De son côté, Joëlle Milquet, la présidente du CDH qui part avec le CD&V à l'assaut de l'hôtel de ville de Bruxelles reste «zen» elle aussi et refuse de se lancer dans des querelles qu'elle qualifie de stériles: «Tout ce que je puis dire à ce propos est que Steven Vanackere, le digne successeur de Jos Chabert, modéré parmi les modérés, a aussi pris ses distances avec les paroles insultantes d'Yves Leterme. La bataille de Bruxelles-Ville n'est pas communautaire et elle ne le deviendra pas!» Et... dans d'autres communes où humanistes et chrétiens démocrates se retrouvent, il n'y aura pas davantage de remise en question.

© La Libre Belgique 2006