Belgique

Il était à l’article de la mort et ne pouvait, selon son avocate, recevoir en milieu carcéral les soins que son cancer du poumon à un stade avancé nécessitait. Devant le refus de la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open VLD), de lui accorder une libération provisoire pour raison de santé, M e Sylvie Coupat avait saisi la justice en urgence. Le tribunal des référés, devant lequel le dossier a été plaidé jeudi, a ordonné hier la libération provisoire pour raison de santé de Shaban Alijaj, un détenu albanais de 58 ans. L’homme a été condamné à six ans de prison pour proxénétisme et traite d’êtres humains. Des faits extrêmement graves : il avait été reconnu coupable d’avoir exploité la prostitution de deux jeunes femmes, dont une Tchèque de 17 ans qu’il avait achetée 5 000 € à un compatriote albanais. Il est incarcéré depuis septembre 2008 à la prison d’Ittre. Son état de santé s’est brutalement dégradé en janvier. Il a vu un pneumologue, qui a demandé à revoir son patient dans les quinze jours. Cette visite n’a pas été organisée. Son avocate a alerté la direction de la prison et la direction générale des Etablissements pénitentiaires, réclamant une prise en charge médicale. Quelques jours plus tard, il a été emmené à l’hôpital où un cancer des poumons a été diagnostiqué. Les soins ne sont pas disponibles à la prison d’Ittre. M e Coupat a alors demandé une libération provisoire pour raison de santé, qui lui a été refusée par la ministre de la Justice malgré l’avis positif de la direction générale des Etablissements pénitentiaires et de la prison. Seule proposition : une prise en charge à la prison de Bruges qui dispose d’un centre médico-chirurgical. Pour M e Coupat, c’en était trop. M. Alijaj doit pouvoir suivre une chimiothérapie et passer ses derniers jours auprès de ses proches. Il a quatre enfants et sa sœur est prête à l’héberger. Le tribunal des référés l’a suivi, faisant notamment valoir que le droit à la santé est un droit pour tous, que l’incarcération à Ittre "est incompatible avec l’état du demandeur. [ ] Sans chimiothérapie, le pronostic vital du demandeur est de quelques semaines".