Belgique

Une information judiciaire a été ouverte en relation avec les détournements présumés évoqués dans la presse en lien avec la directrice du département Inspection d'Actiris licenciée, a indiqué lundi le parquet de Bruxelles. 

Il précise qu'aucun autre commentaire ne sera fait à ce stade. 

Catherine J. (52 ans), 23 ans d'ancienneté, aurait fait réaliser gratuitement des travaux à son domicile personnel par l'entreprise d'économie sociale de la mission locale d'Ixelles, subsidiée par Actiris, contrôlée par son département et anciennement coordonnée par son compagnon.

Les médias qui ont fait écho de ces accusations ajoutent que la direction a été informée des faits en septembre 2017 par un courrier anonyme. 

Toujours selon les médias, l'enquête disciplinaire a révélé que les travaux réalisés fin 2016 concernaient le ponçage d'un escalier, un terrassement et la réalisation d'un terrain de basket. Seul le premier acte aurait été partiellement payé pour un montant approchant les 700 euros. Les deux autres réalisations n'auraient pas été facturées.

Étant donné que l'intéressée a la possibilité d'introduire un recours contre cette sanction auprès du Conseil d'État, Actiris a décidé de ne pas communiquer pour l'instant sur les motivations de ce licenciement. L'agence pour l'emploi ne divulguera pas non plus d'informations à caractère personnel. 

Elle se limite à communiquer sur l'issue de la procédure disciplinaire. Le conseil de direction a statué et le comité de gestion a finalement pris la décision de démissionner d'office l'ancienne directrice du département Inspection, ce qui correspond à un licenciement pour le personnel statutaire. Actiris a informé le parquet des faits.