Belgique

Le tour du pays. Un coin de Belgique oublié, une terre abandonnée, un quelque part au milieu de nulle part. Pendant une semaine, "La Libre Belgique" vous fait visiter six lieux remarquables ou insolites de notre pays. Bonne visite !

En province de Liège, près de la frontière allemande, dans les cantons de l’Est, la condensation vient caresser la cime des sapins, l’or vert de la région. Perdu au milieu des sapinières qui s’étalent à perte de vue, se niche le village d’Amblève - ou Amel, en allemand, langue administrative de la localité. Il s’agit de l’un des neuf villages germanophones du pays. Autrefois sur le territoire allemand, Amblève fut cédé à la Belgique à la suite du traité de Versailles, en 1919, en compensation des pertes subies lors de la Première Guerre mondiale.

Amblève est on ne peut plus rural. La moitié de la surface du village est consacrée à l’agriculture et l’autre moitié est occupée par la forêt. Dans ce village de plus de 5 500 habitants, traversé par une rivière du même nom, seul 5 % du territoire est consacré à l’habitat.

Stephanshof, ancien hameau fantôme

Un hameau se distingue du noyau du village : Stephanshof. En 2011, il perdait son dernier habitant, Paul Mathonet. Stephanshof ne comptait alors plus que cinq habitations inoccupées et était considéré comme village fantôme. Les maisons y sont réparties de façon disparate à travers les champs et les quelques propriétaires se voient obligés d’indiquer leur adresse à l’aide de pancartes plastifiées accrochées çà et là le long du chemin de campagne.