Belgique

Dans cette histoire, le géant Corilus apparaît comme le grand méchant loup, prêt à dévorer un à un ses concurrents. Le CEO du groupe belgo-néerlandais Dirk Van Lerberghe tient à nuancer. Il nie tout monopole, hormis dans le créneau de la messagerie médicale, où Corilus et son logiciel Hector occupent 85 % du marché. Mais il justifie l’expansion de sa société. “Nous avons besoin de plus de parts de marché, en raison des gros investissements que nous devons faire”, confie Dirk Van Lerberghe à “La Libre”. Mais il ajoute  : “Le marché est ouvert. Personne n’est obligé de travailler avec nous”.

Le CEO de Corilus rappelle l’importance croissante que prend l’informatique dans les soins de santé. Avec le raccourcissement des séjours à l’hôpital, les soins à domicile prennent davantage de place. Ils impliquent de multiples acteurs (généralistes, kinés, infirmiers, pharmaciens,…) qui doivent pouvoir échanger de l’info entre eux ainsi qu’avec les spécialistes hospitaliers. Les logiciels permettent ce partage des données des patients.