Belgique

Benoît Lutgen était l'invité de Thomas Gadisseux sur la Première ce matin. Le président du cdH revient avec beaucoup de vindicte sur les accusations d'Ecolo, qui a accusé le parti humaniste d'être en connivence avec le secteur et les acteurs mis à mal dans le scandale sanitaire Veviba.

"Une démagogie dégoûtante"

Benoît Lutgen s'en est pris à Ecolo, et en particulier à Alain Maron pour avoir véhiculé sur les médias sociaux l'image d'une carcasse de bête reprenant le nom de Benoît Lutgen, celui d'un agriculteur homonyme, dont l'honorabilité n'est pas à remettre en cause non plus, dixit le président du cdH. 

"Mon nom apparaît. Le spectateur peut se demander si je suis devenu vendeur ou acheteur. Monsieur Maron utilise les méthodes de Donald Trump ou d'autres. Chez les Verts, la députée Hélène Ryckmans utilise la même méthode scandaleuse digne d'un autre siècle en disant que j'ai organisé une réunion avec Veviba", a-t-il ajouté.

Selon le bourgmestre de Bastogne, "on a essayé de mettre en place un centre de formation dans l'entreprise", face à la difficulté de trouver du personnel au niveau local pour cet "acteur économique important" qui représente 300 emplois. Il a ensuite dit assumer son soutien à la filière de la viande et vouloir permettre aux agriculteurs de disposer d'outils de contrôle de ce qui se passe par rapport à leurs animaux en ce compris sur le plan financier. Selon lui, cela contribuerait à renforcer la confiance entre le producteur et le consommateur.