Belgique

La Belgique a progressé dans le classement européen de la lutte contre le tabagisme, passant de la 12e à la 8e place en deux ans, a annoncé jeudi la Fondation contre le cancer. La Belgique "a été le premier (pays) à prendre l'initiative d'afficher des photos sur les paquets de cigarettes et (...) est le seul pays d'Europe à imprimer des photos accompagnées d'avertissements sur ces paquets", a souligné la Fondation.

La législation sur le tabac dans les cafés, "complexe, faible et floue" empêche la Belgique de progresser davantage dans ce classement, établi cette année pour le deuxième fois par les experts Luk Joossens (Fondation contre le cancer) et Martin Raw (Université de Nottingham).

Une interdiction totale de fumer dans l'horeca, mais aussi une augmentation des accises sur le tabac à rouler et des photos sur ces paquets permettraient de réduire davantage le nombre de fumeurs, selon la Fondation.

Le classement européen mesure le recours à une série d'actions "rentables et efficaces" pour lutter contre le tabagisme (hausse des taxes, interdiction de fumer, interdiction de publicité, étiquetage, aide aux fumeurs...).

Le Royaume-Uni est le pays le mieux côté, notamment grâce à l'interdiction totale de fumer au travail et dans l'horeca et au prix élevé du paquet (presque 8 euros). L'Irlande, l'Islande et la Norvège sont également bien placées.

A l'opposé, les résultats de l'Autriche, de la Grèce, du Luxembourg et de l'Allemagne sont "en deça de ce que l'on pourrait attendre", a indiqué la Fondation contre le cancer. La publication du classement coïncide avec l'approbation par le Parlement européen d'un rapport, signé par le Belge Bart Staes (Groen! ), dressant un bilan satisfaisant de la coopération entre le cigarettier Philip Morris et les autorités européennes.

En 2004, la Commission et le fabricant de cigarettes avaient mis fin à des années de conflit juridique au sujet de l'implication de ce dernier dans des activités de contrebande. Au terme de l'accord, Philip Morris s'engageait à verser 1,25 milliards de dollars (904 millions d'euros) en contrepartie de l'abandon des poursuites. Il promettait aussi d'améliorer les procédures de sélection de ses clients et la détection des détournements.

Selon le rapport de M. Staes, cet accord a permis de réduire la contrebande et devrait être étendu aux autres producteurs de tabacs et fabricants de cigarettes.