Belgique

Les représentants du gouvernement fédéral et des entités fédérées ont conclu mercredi un accord de coopération qui formalise la répartition des efforts belges en matière de climat et d'énergie pour la période 2013-2020, a indiqué mercredi Jean-Luc Crucke, le ministre wallon en chargé de l'Energie et du Climat depuis l'été dernier.

Fruit d'une gestation douloureuse et longue de quelque six ans, l'accord politique entre les ministres belges compétents sur la répartition intra belge des objectifs Climat et énergie pour cette période remonte au 4 décembre 2015, durant le Sommet sur le climat de Paris (COP21).

Selon le cabinet du ministre Jean-Luc Crucke, "cet accord s'imposait d'urgence pour permettre à notre pays de respecter ses engagements dans le contexte du paquet 'énergie-climat' européen".

Il porte sur les émissions de gaz à effet de serre des secteurs non couverts par le système communautaire d'échange de droits d'émission; le déploiement des énergies renouvelables; le partage des revenus de la mise aux enchères des quotas; et le financement international.

Rappelant que la Commission Nationale Climat, dont la présidence est actuellement assurée par la Région wallonne, a déjà initié le travail pour la répartition des objectifs à l'horizon 2030, M. Crucke s'est félicité de la conclusion mercredi de l'accord de coopération formel et juridiquement contraignant entre les Régions et l'Etat fédéral, permettant au Fédéral et aux Régions de disposer d'un cadre clair pour continuer à mettre en œuvre leurs politiques climatiques et énergétiques.

La signature va également permettre aux Régions de bénéficier des revenus de la vente des quotas ETS pour soutenir les politiques et mesures additionnelles visant à lutter contre les changements climatiques.