Belgique

Le bourgmestre de Charleroi, Jacques Van Gompel, a annoncé mardi dans un communiqué qu'il a décidé de renoncer à plusieurs des mandats qu'il détenait, et notamment à la présidence de l'intercommunale de développement économique Igretec.

Rappelant la dernière assemblée de l'USC (Union socialiste communale), Jacques Van Gompel souligne qu'il y avait demandé que les bourgmestres et échevins ne soient plus ni président d'une intercommunale ni président d'une société de logements sociaux.

«Je tiens en tant que bourgmestre à indiquer la voie à suivre après les prochaines élections communales », note Jacques Van Gompel, qui annonce qu'il démissionne de plusieurs des trente mandats dont trois rémunérés, qu'il détenait.

Ces trois mandats rémunérés sont le mandat de bourgmestre, de président d'Igretec et d'administrateur à l'ISPPC, l'Intercommunale de Santé et Salubrité publique de Charleroi. Il a annoncé qu'il démissionnait dès ce mardi de la présidence du conseil d'administration et de la présidence du comité de direction d'Igretec.

M. Van Gompel démissionne également de la présidence de la «Maison pour associations», de la présidence de l'ASBL «Espace Santé» et de la présidence de l'ASBL «Marcinelle-en-Montagne», ainsi que de la vice-présidence de l'ASBL «Charleroi Espace Meeting européen» et du poste d'administrateur de l'ALE.

Il ne renouvellera pas son mandat d'administrateur de l'Union des villes et communes de Wallonie, dit-il encore. Ces décisions sont prises pour qu'il «se consacre à 100 pc à la gestion de sa ville».

© La Libre Belgique 2006