Belgique

Deux participants anglais à un camp de l’association No Border, une jeune femme de 19 ans et un assistant universitaire de 37 ans, comparaissant depuis le tribunal correctionnel de Bruxelles pour leur implication présumée dans une manifestation qui a dégénéré devant le centre fermé pour réfugiés 127bis à Steenokkerzeel, en septembre 2010, auront droit à un nouveau procès.

Le président de la 43e chambre qui devait les juger s’est déporté. Depuis le début du mois, il faisait l’objet d’une requête en récusation de la part de la défense, comme "La Libre" l’avait révélé dans ses éditions du 6 mars, soit à la veille du prononcé du jugement qui n’a pas eu lieu.

Motif : le substitut du procureur du Roi de Bruxelles avait adressé au bâtonnier de l’ordre francophone du barreau de Bruxelles une lettre par laquelle il l’avertissait qu’il avait ordonné au service de sécurité du Palais la mise en place d’un service d’ordre extrêmement strict pour prévenir des débordements éventuels de la part de sympathisants des prévenus. A l’audience de février, ceux-ci avaient, en effet, manifesté assez bruyamment leur présence.

Deux phrases de la lettre du parquet au bâtonnier avaient fait réagir la défense. Par deux fois, en effet, il était fait allusion au fait que les mesures de sécurité avaient été décidées en accord avec le président de la chambre correctionnelle. Selon les avocats, la lettre montrait qu’une entrevue avait eu lieu entre le procureur et le magistrat pendant le délibéré du juge. Chose que la loi interdit.

Le procès reprendra le 3 avril devant une autre chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles.

Le duo avait manifesté le 26 septembre 2010 devant le centre fermé pour demandeurs d’asile déboutés pour commémorer le 12e anniversaire de la mort de la demandeuse d’asile Semira Adamu. La manifestation avait dégénéré. La police avait mobilisé des chevaux pour disperser les manifestants dont certains avaient lancé de la terre et des pommes de terre vers les agents.

Le parquet avait requis un an de prison contre les deux Anglais alors que leurs avocats réclamaient l’acquittement. C’était avant la requête en récusation qui a abouti au résultat que l’on sait.