Belgique Les forces de l’ordre se préparent à une manifestation "européenne" annoncée pour samedi.

Depuis plusieurs heures, des informations circulent sur les réseaux sociaux au sujet de l’organisation possible voire probable d’une manifestation "européenne" des "gilets jaunes", samedi, à Bruxelles.

Ce sont surtout les Belges et les Français qui discutent de l’opportunité de se réunir dans la capitale belge pour aller porter leurs revendications dans les rues de la capitale belge et, notamment, selon la RTBF, du côté des institutions européennes. Mais ils pourraient être rejoints par des manifestants néerlandais et allemands.

Shopping de Noël

Du côté de la zone de police de Bruxelles-Capitale-Ixelles et de la Ville de Bruxelles, on confirme n’avoir reçu aucune demande officielle de manifestation. Ilse Van de Keere, la porte-parole de la zone, nous expliquait, mercredi, que ses services travaillaient comme la semaine passée et comme à chaque fois qu’une manif est annoncée "officieusement" : "Nous nous renseignons via les réseaux sociaux et essayons d’entrer en contact avec ceux ou celles que nous identifions comme initiateurs de l’opération, histoire de négocier avec eux au sujet de l’itinéraire du cortège, du lieu de rassemblement, etc."

Tout cela en tenant compte de divers paramètres, qui concernent essentiellement les autres "usagers" de l’espace public. "De ce point de vue, le fait que la manifestation ait lieu un samedi, jour où il y a davantage de personnes qui effectuent leur shopping, et que l’on soit à deux semaines de Noël sera pris en considération par les forces de l’ordre."

Contacts franco-belges

Vendredi passé, les choses ont assez mal tourné. Il y a du grabuge et de la casse dans les rues de Bruxelles. "Nous avons, comme à chaque occurrence, debriefé notre opération de maintien de l’ordre et nous avons donc adapté notre dispositif en fonction des leçons tirées des événements et des incidents de la semaine passée, mais vous comprendrez bien que nous n’allons pas vous révéler la tactique que nous allons suivre", observe Mme Van de Keere, qui reconnaît que le côté imprévisible de la manif’ ne facilite pas les choses. "Il est sûr qu’encadrer un cortège ‘d’habitués’ est plus confortable…"

De la même manière, la porte-parole ne dira rien du contenu des conversations que les policiers belges ont eues et continuent d’avoir avec leurs homologues français. Mais elle confirme l’existence de contacts entre forces de l’ordre belges et hexagonales, ce qui donne du crédit à l’annonce de la présence de "gilets jaunes" venus de Paris et d’ailleurs en France.

Il nous revient que 700 policiers seraient mobilisés ainsi que plusieurs autopompes.