Belgique

La mobilisation des gilets jaunes à Bruxelles, qui a commencé vers 10h00 vendredi, n'était pas encore totalement terminée à 16h30. Une vingtaine de personnes étaient toujours mobilisées au square Ambiorix. Localisée dans un premier temps entre les carrefours Trône et Arts-Loi sur la petite ceinture, la manifestation s'est étendue au carrefour Madou, où des affrontements avec la police ont à nouveau eu lieu.

La police a d'abord sorti des auto-pompes vers 12h30 pour arroser les participants qui jetaient des projectiles à hauteur de la rue Belliard. Elle a ensuite chargé les gilets jaunes rassemblés en haut de la rue de la Loi. Des coups ont été portés et du gaz lacrymogène a été employé. Deux véhicules de police, dont un retourné, ont été saccagés et incendiés dans ces affrontements.

Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles, a réagi et pris des mesures. "Toute personne continuant de manifester est susceptible d'être arrêtée", a-t-il ainsi annoncé. (Tous les détails et réactions politiques ici)

Le front s'est ensuite déplacé au carrefour Madou, où des casseurs ont notamment jeté des pierres contre la police. Des barrières de chantier et des briques ont été jetées depuis les ponts sur les voies du tunnel. Des petits feux ont été allumés sur la voie publique. Des gilets jaunes étaient restés localisés dans le haut de la rue de la Loi, la manifestation s'étant éclatée en plusieurs noyaux.

"Des personnes ont bloqué la circulation et des casseurs ont caillassé", commente un participant venu de Liège. Il motive sa venue à Bruxelles en expliquant que "la vie est trop chère et on gagne de moins en moins. Les salaires ne sont pas indexés. Est-ce que la population va devoir recommencer et en venir aux mains ou est-ce que Charles Michel va comprendre que le citoyen n'est pas content ? S'il n'agit pas, le mouvement ne va faire que grossir. C'est à lui de voir s'il prend ses responsabilités."

La police estime à environ 500 personnes le nombre total de personnes mobilisées, selon Ilse Van de keere, porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles.

Trois arrestations judiciaires

Vers 17h15, le parquet a apporté plus de précisions sur les événements. Si certaines sources évoquaient une soixantaine d'arrestations, le parquet précise de son côté 3 arrestations judiciaires. Il s'agit d'une personne suspectée d’avoir commis des faits de port d’arme, d'une personne suspectée de dégradations volontaire et d'une personne arrêté en possession de produits stupéfiants. Les deux premières citées ont été privées de liberté tandis que la troisième a reçu une convocation pour une audition ultérieure par les services de police.

Le parquet ajoute que par ailleurs, un dossier pour incendies volontaires a également été ouvert suite à l'incendie des deux véhicules de police. L’enquête est actuellement en cours afin d’identifier les suspects.

Circulation très difficile à Bruxelles

Alors que commence l'heure de pointe du soir, la circulation sur les routes est chaotique à Bruxelles, a prévenu vendredi vers 16h30 une porte-parole de Bruxelles Mobilité, Inge Paemen. Les points de congestion sont surtout concentrés dans le pentagone, notamment sur la petite ceinture et les routes de déviation du quartier européen, ainsi qu'à Meiser et sur le boulevard Reyers. Les tunnels fermés en raison de la manifestation des "gilets jaunes" ont progressivement été rouverts.

Plusieurs lignes de bus sont également perturbées dans le centre mais les stations de métros Arts-Loi et Parc sont à nouveau desservies depuis 16h00 environ, confirme la Stib.

Les trams 92 et 93 roulent également à nouveau normalement entre Louise et Botanique.


Les tweets de notre journaliste:


Des vidéos de la manifesation: