Belgique

Ce courrier entre dans le cadre d’une future demande de libération conditionnelle pour Marc Dutroux, condamné à la réclusion à perpétuité, en 2004, par la cour d’assises d’Arlon pour assassinats, viols, enlèvements, tortures et séquestration.

En juillet 2017, Me Dayez avait déclaré qu’il se donnait quatre ans pour faire libérer son client. "C’est un défi pour moi. Ce cas est exemplaire à mes yeux. Un Etat n’a pas le droit de laisser moisir un détenu. Je planche sur un plan de reclassement", avait-il déclaré.