Belgique

Marcel Habran, accompagné d'un ami qui était venu le chercher en voiture, a quitté la prison de Nivelles jeudi peu avant 9h30, a constaté sur place l'agence Belga. Sans descendre du véhicule qui l'avait d'abord pris en charge à l'abri des regards dans le sas de l'établissement pénitentiaire, l'octogénaire a confirmé aux journalistes présents à la sortie de la prison qu'il allait bien. "La seule chose que vous devez savoir, c'est que je suis toujours innocent", a-t-il précisé en souriant avant de conseiller à la presse qui l'attendait pour recueillir ses impressions de plutôt s'intéresser aux sans-abri.

A la question de savoir ce qu'il allait faire à présent qu'il a recouvré la liberté, Marcel Habran a répondu qu'il allait "courir 10 kilomètres". Il n'a pas fait d'autres déclarations.

Marcel Habran doit sa sortie de prison à une décision du tribunal d'application des peines (TAP) de Bruxelles. Prévue initialement mercredi, cette libération a été retardée à jeudi matin pour qu'un technicien puisse lui poser un bracelet électronique.

Il avait été condamné en septembre 2010 à 15 ans d'emprisonnement infligés par la cour d'assises de Bruxelles. Les jurés l'avaient reconnu coupable de l'attaque d'un fourgon de la Brink's commise en 1998 à Waremme, avec la qualité de dirigeant d'une organisation criminelle. Une procédure le concernant est toujours pendante à Strasbourg, devant la Cour européenne des droits de l'Homme.