Belgique

Près de 70 étudiants ont plaidé leur cause lundi devant le Conseil d'Etat, lors de la troisième audience consacrée aux recours intentés par des étudiants en médecine ou en dentisterie. Tous sont reçus-collés, c'est-à-dire qu'ils ont réussi au moins 45 crédits mais qu'ils ne peuvent poursuivre leurs études en raison de leurs échecs au concours et à l'examen d'entrée. Ces deux épreuves étaient attaquées. 

Les étudiants sont repartis sans beaucoup d'espoir, l'auditeur du Conseil d'Etat ayant jugé leur requête irrecevable. Soixante-huit reçus-collés, c'est-à-dire des étudiants ayant obtenu les crédits nécessaires à la réussite de leur première bachelier (45 ou plus) mais qui n'ont pas réussi à se classer en ordre utile lors du concours de juin dernier et qui ont échoué à l'examen d'entrée, ont demandé lundi la suspension des décisions d'échecs des deux épreuves.

Leurs recours visent la Communauté française (aujourd'hui Fédération Wallonie-Bruxelles), l'Etat belge, l'Académie de recherche et d'enseignement supérieur (Ares) ainsi que les universités de Mons, Liège, Louvain, Namur et Bruxelles.

Les parties requérantes ont justifié leur choix d'attaquer deux actes différents - le concours et l'examen d'entrée - dans une seule requête en raison de la connexité de la procédure. Elles considèrent en effet que les deux actes sont intimement liés, interdépendants, qu'ils se situent dans la même logique. Si les reçus-collés ont dû se soumettre à l'examen d'entrée, c'est en raison de leur classement lors du concours, a plaidé Me Kettels. La perte d'une année académique n'est causée que par l'accumulation des deux échecs aux deux épreuves distinctes, a-t-elle poursuivi.

L'auditeur du Conseil d'Etat n'a toutefois pas suivi cette argumentation et a jugé que les recours introduits devaient être déclarés irrecevables et être rejetés. Il estime que le concours et l'examen d'entrée ont bien des conséquences identiques pour les étudiants mais qu'ils sont indépendants l'un de l'autre.

Le Conseil d'Etat suit généralement l'avis de son auditeur même s'il n'y est pas tenu.

Une quatrième audience est prévue vendredi pour examiner les derniers recours des étudiants.