Belgique

Une inculpation de traitement inhumain ou dégradant pourrait leur valoir jusqu'à deux ans de prison, a précisé jeudi le parquet de Gand. Mais ce dernier n'a guère donné de détails concernant cette affaire. Il a rappelé que la question des mères porteuses est confrontée à un vide juridique car elle n'est pas réglée par la législation belge. Une instruction a dès lors été ouverte pour éventuel traitement inhumain ou dégradant.

Dans l'intérêt de l'enquête, les autorités judiciaires refusent de préciser le lieu où se trouvent actuellement les jumeaux qui devraient être âgés d'environ sept mois. Le parquet a également demandé à la presse de respecter la vie privée de la jeune femme impliquée qui aurait d'autres enfants.

La porte-parole du parquet a précisé que l'enquête a démarré sur base des images diffusées dans "Netwerk", une émission de la télévision néerlandaise. Aucune plainte n'a encore été déposée par des couples qui auraient été escroqués par la mère porteuse.

Le parquet de Gand a demandé l'arrestation de la mère porteuse et de son ex-ami mais cette décision appartient au juge d'instruction devant lequel le couple a été déféré.