Belgique

La cour d'assises du Hainaut a délibéré durant plus de deux heures pour rendre son verdict concernant Cédric Maton. Ce dernier est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. La peine est assortie d'une mise à disposition du tribunal de l'application des peines pour une durée de 15 ans. 

L’accusation et les parties civiles ont été particulièrement dures à l’égard de Cédric Maton, jugé pour la mort de Laeticia.

La cour d’assises du Hainaut a reconnu Cédric Maton (33 ans) coupable d’une tentative de vol avec les circonstances aggravantes de meurtre, de violence et d’utilisation d’un couteau au préjudice de Laeticia Bauwens, une jeune Binchoise âgée de 22 ans, commis le 22 avril 2017 sur le parking du Lotto Mons Expo. Il a aussi été reconnu coupable d’un attentat à la pudeur avec circonstances aggravantes, de tentative de viol et de détention d’armes prohibées. Cédric Maton risque la perpétuité, soit 30 ans de prison. Les peines seront débattues ce jeudi dès 9 heures.

Dans son verdict, il est stipulé que ce matin-là, Cédric Maton “est animé de l’intention de voler, qu’il s’est muni d’une cagoule, d’un couteau et d’un coup de poing américain. Sans grandes ressources financières, son but est de commettre des vols pour assouvir ses assuétudes aux drogues.”

Et d’ajouter : “Dans le but de voler divers objets, l’accusé a enfilé la cagoule et a pénétré dans le véhicule de la victime. Il s’en est pris à elle et l’a contrainte ensuite de se déshabiller. L’accusé s’est déchaîné, un comportement habituel quand il n’obtient pas ce qu’il veut, et lui a porté de nombreux coups de couteau.”

Plus tôt dans la journée de mercredi, les avocats de la maman et du papa de Laeticia Bauwens et l’avocat général De Brackeleer ont martelé que l’intention initiale de Cédric Maton ce matin-là était de voler sur le parking.

C’est la résistance de Laeticia qui a surpris Cédric Maton. Au procès, ce dernier n’a plus contesté l’intention homicide. “La situation à juger est tragique, ironique et glauque”, insistait Me Van Vooren, conseil du papa de la victime. “Pendant trois minutes, il a donné un coup de couteau. Toutes les quatre secondes, il a frappé au couteau Laeticia Bauwens. C’était une machine à tuer dans cette voiture. En quelques minutes, elle se vide de son sang: 40 à 50 coups de couteau, 75 plaies.

Le conseil de la maman de Laeticia, Me Mayence, n’y est pas allé par quatre chemins. “Cédric Maton l’a massacrée, torturée, supprimée, condamnée et exécutée à mort, de manière immédiate. Cet homme, au-delà d’être un dangereux prédateur, est aussi un fameux manipulateur. Il n’est ni venu pour tuer, ni pour violer. Il est venu pour voler. C’est l’un des meurtriers les plus sanguinaires connus par cette cour d’assises”, a-t-il plaidé avec force et émotion.

À la défense, Me Bruno a démenti cette intention de vol. “Nous savons qu’il est impossible qu’il n’ait pas vu Laeticia Bauwens dans sa voiture. S’il voulait voler, il aurait directement pénétré dans le véhicule. Pourquoi a-t-il mis sa cagoule? Pourquoi a-t-il fait demi-tour? Son idée était de commettre une agression sexuelle, pas de voler quelque chose. Et à la base, son intention n’était pas de donner la mort. Son intention homicide naît dans le feu de l’action.”

Selon l’avocat général, les débats sur les qualifications des préventions ne tenaient pas vraiment la route. “L’accusé veut sauver sa tête avec cet enfumage, il veut se sauver de la perpétuité. Durant plus d’un an, il a maintenu ses déclarations de retourner sur le parking pour commettre des vols, pas pour agresser sexuellement une jeune fille. C’est du marchandage sur la peine pour un crime scandaleux.”