Belgique

La rumeur, incontrôlable remonte à... l'avant-guerre ! Et elle prend des allures de phénix, de monstre du Loch Ness, surtout depuis que la famille royale a rejoint la niche des "pipoles" : le comte Michel Didisheim qui collabora étroitement avec Albert II de 1962 à 1986 et qui à la demande du roi Baudouin porta la Fondation qui porte son nom sur les fonts baptismaux serait leur demi-frère. Evoqué épisodiquement, ce bruit a aussi effleuré des rédactions réputées sérieuses et a figuré dans des écrits de pamphlétaires du Belang mais l'intéressé n'avait jamais réagi, question de ne pas faire de la pub à ce qui n'en valait pas la peine. Il n'exclut plus cependant de contre-attaquer après avoir découvert dans le dernier livre de Noël Vaessen qu'il se... vanterait d'être un fils naturel de Léopold III. "Je connaissais bien évidemment ces rumeurs et contre des rumeurs on est totalement impuissant mais je voudrais simplement rappeler que je suis le fils de René Didisheim et de Claire Maigret de Priches. Punt, aan de lijn ! Dans le même ordre d'idées, je suis consterné de constater qu'alors que je dis le contraire dans l'interview que j'ai accordé à un de ses journalistes, l'hebdomadaire Humo se soit permis de titrer à la Une que je suis le frère caché d'Albert et de Baudouin. Alors que l'interview a été retranscrite très fidèlement, cette contradiction pourrait m'amener à réagir comme il sied..."

Michel Didisheim est d'autant plus désemparé que l'entretien accordé à Humo devait surtout porter sur son premier roman "Tu devais disparaître..." qui raconte le destin tragique de Valérie Schwalb, une arrière-petite-fille bâtarde de la reine Victoria. Nos lecteurs en découvriront du reste la critique dans notre supplément "Lire" de demain...

Reste que Michel Didisheim sera plus prudent que jamais face à la presse. Même s'il répétera avec force que les rumeurs, encore, sur son ex-patron sont non fondées : "Jamais, le Prince, homme prude et moral n'aurait participé à des ballets roses comme on l'a dit à propos des affaires du Brabant wallon..."