Belgique

Dans les sept ans qui viennent, ces organes devront compter un tiers de femmes. La ministre veut également lancer une réflexion sur des quotas de femmes dans les organes de direction de ces entreprises ainsi que dans les comités de direction des administrations fédérales. Même si le monde patronal se montre réticent, la ministre s'est dite déterminée à avancer dans cette direction.

"Si la FEB et le monde de l'entreprise ne sont pas heureux, je me retrancherai derrière l'initiative du chef de groupe de l'UMP, qui n'est quand même pas défavorable au monde des entreprises ni d'extrême gauche, et qui vient de déposer une proposition imposant 40 pc de femmes. Quand je vois que l'UMP bouge, je serais un peu gênée qu'on ne bouge pas non plus", a déclaré Mme Milquet.

La présence des femmes dans les sphères dirigeantes demeure réduite à la portion congrue, montre une étude réalisée pour le compte de l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes. Dans 62 pc des conseils d'administration des entreprises cotées en bourse, on ne trouve aucune femme et dans 29 pc d'entre eux, il n'y en a qu'une. De même, dans ces entreprises, un administrateur délégué sur 24 est une femme.

Le "management opérationnel" des cinq grandes banques ne comptait aucune femme en 2008. Si les métiers d'avocat, de médecin et d'architecte se sont considérablement féminisés, le phénomène ne se remarque pas dans les Ordres de ces professions. Dans les deux Ordres des avocats, deux femmes siégeaient dans les conseils d'administration en 2008 (11 pc) et 14 dans les assemblées générales (16 pc) alors que 53,1 pc des avocats et conseillers juridiques étaient des femmes. Le sommet de la magistrature demeure également un bastion masculin: les premiers présidents de la Cour de cassation et des cinq Cours d'appel sont tous des hommes.

Malgré la sensibilisation menée ces dernières années et les lois imposant des quotas, la proportion de femmes titulaires d'un mandat politique n'a pas suffisamment augmenté, conclut encore l'étude: à ce jour, le gouvernement Verhofstadt II demeure le plus féminin, avec 38 pc de femmes, contre 17 pc actuellement. A peine 10 pc des bourgmestres sont des femmes pour 30 pc des échevins.

Aux yeux de la ministre, les quotas sont un mal nécessaire pour garantir la juste représentation des femmes dans la société. "Quand nous représentons plus de la moitié de l'humanité, c'est très réducteur de se dire qu'on a besoin de quotas pour exister. C'est très vexatoire mais de mon expérience de présidente de parti, je peux vous assurer que ça marche", a souligné Mme Milquet.

Outre l'instauration de quotas dans les entreprises, la ministre soutient également une initiative lancée par "Women on Board", une association en formation qui vise à favoriser la présence de femmes dans les conseils d'administration et les organes de direction: l'élaboration d'un répertoire de femmes qui disposent des qualifications requises et de l'expérience pour siéger dans ces instances. "L'excuse qui veut que l'on ne connaît pas de femme compétente est encore trop souvent utilisée", a fait remarquer Cécile Coune, l'une des promotrices de "Women on Board".