Belgique

Dans un récent sondage publié dans "Trends", Christian Dupont, ministre PS de la Fonction publique, de l'Intégration sociale, de la Politique des grandes villes et de l'Égalité des chances (ouf !), décrochait la peu envieuse palme de l'éminence ministérielle la moins connue des grands patrons belges.

A en croire cette enquête, près de deux entrepreneurs belges sur trois (62,3 pc) n'ont jamais entendu parler de lui... Seuls les secrétaires d'Etat aux Affaires européennes, Didier Donfut (PS), et aux Familles, Gisèle Mandaïla (MR), accusent un déficit d'image plus important. A une époque où la politique du paraître et de la communication prend souvent le pas sur la politique tout court, le chiffre est cruel.

Plusieurs facteurs expliquent ce mauvais score. Un : la discrétion, conjuguée à la timidité atavique d'un homme plus à l'aise dans l'ombre que sous les feux des projecteurs. Un exemple ? En mars 2005, la maman du ministre, octogénaire, était prise en otage pendant toute une nuit dans sa maison de Pont-à-Celles qui abrite un bureau de Poste au rez-de-chaussée. On en connaît qui n'auraient pas hésité à exploiter le fait divers à leur bénéfice. Christian Dupont, lui, a plutôt tendance à fuir micros et caméras.

Deux : le caractère disparate et peu "sexy" de ses compétences. Médiatiquement, ce n'est pas très "rentable" de s'occuper des misères des plus pauvres et des demandeurs d'asile...

Deuxième rapport sur la pauvreté

Reste que le ministre n'a pas à rougir de son bilan, notamment en matière d'intégration sociale. Ainsi, l'augmentation (par tranches) de 4 pc du revenu d'intégration (l'ex-minimex), décidée au Conseil des ministres extraordinaire d'Ostende, en mars 2004, a été mise en oeuvre plus vite que prévu. Et, à son initiative, le gouvernement a décidé d'octroyer une nouvelle hausse de 2 pc au 1er janvier 2008. Parallèlement, les autres allocations sociales qui se situent au niveau de ce revenu d'intégration ont aussi été augmentées. Au total, ce dispositif touche environ 270 000 personnes - les plus précarisées.

En Belgique, 15 pc de la population est touchée par la pauvreté. C'est un thème auquel le ministre Dupont s'est attelé, en relançant, dix ans après le premier "Rapport général sur la pauvreté", un vaste processus de dialogue et de concertation avec les acteurs de terrain. Les 219 propositions contenues dans le deuxième rapport, présenté en décembre 2005, visent à renforcer la lutte contre la précarité. Pas simple : leur concrétisation relève de compétences éclatées entre Etat fédéral et entités fédérées; entre divers départements, etc. Des rencontres ont été organisées entre le cabinet Dupont et... 27 autres cabinets fédéraux, régionaux et communautaires pour répercuter ces conclusions à tous les niveaux.

Autre sujet en lien direct avec la précarité : le logement. Ici encore, ses leviers d'action étaient limités, vu l'éclatement des compétences. M. Dupont a donc organisé une conférence interministérielle, qui a donné lieu à de premières expériences-pilotes de "commissions paritaires locatives" dans trois grandes villes : Charleroi, Gand et Bruxelles. Cela reste tout de même assez maigre.

Le ministre Dupont s'est aussi investi pour réduire la "fracture numérique" (entre ceux qui ont ou pas accès aux nouvelles technologies de l'information) : "pack Internet pour tous"; création d'espaces publics numériques (accès gratuit, accompagnement, formation...).

Popote interne

En matière d'égalité des chances, on s'est beaucoup disputé, au sein de la majorité violette, à propos du renforcement du dispositif anti-discriminations. Les directives européennes exigeaient que les Etats mettent en place des "sanctions effectives, proportionnées et dissuasives" en cas de contravention à la législation réprimant le racisme et les autres discriminations. Mais comment prouver les délits en la matière ? Les fameux "tests de situation" ont été abandonnés après des discussions homériques. Finalement, au cours de sa dernière séance, le Sénat a approuvé les projets de Christian Dupont. On a opté pour le partage de la charge de la preuve : si la discrimination est suffisamment étayée, c'est l'auteur présumé qui doit prouver qu'il n'a pas commis de discrimination. Les indemnisations financières, en matière d'emploi, peuvent grimper jusqu'à 6 mois de salaire brut.

Le ministre a aussi réformé la loi sur l'accueil des demandeurs d'asile et amélioré la prise en charge des Mena (mineurs étrangers non accompagnés), avec, notamment, la mise sur pied de deux centres d'observation et d'orientation.

S'agissant de la politique des grandes villes, ce sont plutôt de petits coups de pouce que des grandes réalisations qui ont été donnés. Exemple : les 300 agents mis à disposition des communes pour lutter contre les incivilités.

En matière de Fonction publique, le ministre Dupont s'est surtout occupé de popote interne : réforme des carrières dans la fonction publique fédérale, plan d'action diversité, promotion de l'emploi de personnes handicapées, mobilité renforcée. Après la tornade Copernic, un peu de calme n'a pas fait de tort.

© La Libre Belgique 2007