Belgique

Thierry Muselle, qui purge actuellement une peine après sa condamnation aux travaux forcés à perpétuité pour les assassinats de Marc et Corinne, a comparu mardi devant la chambre des mises en accusation de Liège pour réclamer la confirmation de sa libération dans le cadre du dossier de tentative de meurtre sur un codétenu pour lequel il a été récemment inculpé. Le parquet avait fait appel. La décision a été mise en délibéré.

Thierry Muselle était suspecté d’avoir commis une tentative de meurtre sur un codétenu qui avait été placé dans sa cellule. Mis sous mandat d’arrêt pour ces faits, Thierry Muselle avait obtenu de la chambre du conseil sa libération dans le cadre de ce dossier. Mais le parquet avait fait appel et a demandé mardi la réforme de la décision. La défense, représentée par Mes Berwart et Defourny, a pour sa part réclamé la confirmation de la décision et estimait, à la sortie de l’audience, avoir été écoutée attentivement par les magistrats. Ces avocats suspectent une manipulation, dont ils ne cernent pas l’origine exacte, ayant pour but d’empêcher le détenu de profiter des premières mesures de remise en liberté dans le cadre de sa détention principale. Pour Me Berwart, le fait que Muselle soit accusé d’une tentative de meurtre 8 heures après avoir été placé en compagnie d’un autre détenu, relève de circonstances étranges.

Pour mémoire, Thierry Muselle avait, avec Thierry Bourgard, défrayé la chronique en 1992 pour avoir commis trois crimes, dont l’assassinat dans des bois des jeunes Marc Kistermann et Corinne Malmendier, ainsi que des vols avec violences. Ils avaient été appréhendés après avoir tué une troisième personne. Quelques mois plus tard, la cour d’assises de Liège les avait condamné aux travaux forcés à perpétuité. (Belga)