Noël et Pâques éjectés du calendrier scolaire

St. Bo. Publié le - Mis à jour le

Belgique

Le gouvernement de la Communauté française vient d’adopter un décret-cadre déterminant les vacances et jours de congé dans l’enseignement obligatoire, l’enseignement de promotion sociale et l’enseignement secondaire artistique à horaire réduit.

Pour l’heure, les dates des congés et vacances scolaires sont calculées et fixées avec deux ans d’avance pour deux années successives. Désormais, les périodes, congés et vacances scolaires pourront être fixés sans limite dans le temps. Une disposition qui permet une simplification administrative, mais qui vise aussi et surtout à alterner au mieux semaines de cours et semaines de repos.

Par ailleurs, le nombre de jours de classe annuel est définitivement fixé à 182 jours. "Pour parvenir au nombre de jours de classe annuel maximum, toutes les situations dans lesquelles le total de jours de classe excéderait ce chiffre ont été prévues", prévient-on au cabinet de la ministre de l’Enseignement, Marie-Dominique Simonet (CDH).

Ne dites plus "vacances de Carnaval"

Autre "nouveauté", les appellations des différents congés scolaires - modifiées dans les années 2000 déjà ! - sont, cette fois, utilisées dans un décret. On peut ainsi lire "congé d’automne" pour le congé de la Toussaint, "vacances d’hiver" pour vacances de Noël, "congé de détente" pour le congé de Carnaval et "vacances d’été" pour les grandes vacances.

En pratique, le décret-cadre fixe les congés comme suit :

1 Congé d’automne. Il débute le lundi de la semaine dans laquelle tombe le 1er novembre et dure une semaine. Lorsque le 1er novembre coïncide avec un dimanche, le congé d’automne commence alors le lundi 2 novembre.

2 Vacances d’hiver. Elles démarrent le lundi de la semaine dans laquelle tombe le 25 décembre et durent deux semaines. Toutefois, lorsque le jour de Noël coïncide avec un samedi ou un dimanche, les vacances d’hiver débutent le lundi qui suit.

3 Congé de détente. Le congé de détente - ou mieux connu sous le nom "congé de Carnaval" - débute le septième lundi avant le jour de Pâques et dure une semaine.

4 Vacances de printemps. Elles sont fixées selon trois cas de figure : 1° lorsque le jour de Pâques tombe entre le 1er et le 15 avril, les vacances de printemps débutent le premier lundi d’avril; 2° lorsque le jour de Pâques a lieu pendant le mois de mars, les élèves pourront partir en congé dès le lundi après le jour de Pâques; 3° lorsque le jour de Pâques tombe après le 15 avril, les vacances de printemps commencent le deuxième lundi avant le jour de Pâques.

5 Vacances d’été. Ici, rien de neuf : elles débutent le 1er juillet pour s’achever à la fin du mois d’août, le 31.

Par ailleurs, les cours sont suspendus, chaque année scolaire, les samedis et dimanches; le 27 septembre (Fête de la Communauté française); le 11 novembre (Commémoration de l’Armistice); le lundi de Pâques, si ce jour ne tombe pas pendant les vacances de printemps; le 1er mai (Fête du travail); le jeudi de l’Ascension; et le lundi de Pentecôte.


Réaction de la Ministre Marie-Dominique Simonet (cdH)

Suite aux nombreuses réactions de nos internautes, le cabinet de la ministre de l'Enseignement tient à préciser: "L’objet du projet de décret étant de fixer des principes relatifs aux congés et aux vacances scolaire, il est bien normal que ce projet de décret les nomme. Ces appellations ont été modifiées par arrêté en 2000 (à l’exception du congé de Toussaint) puis en 2005 (le congé de Toussaint devenant alors le congé d’automne). Il ne faut donc pas y voir une intention particulière de donner à ces appellations plus d’importance aujourd’hui qu’hier.(...) Les dates proposées pour les congés d’automne, les vacances d’hiver, les congés de détente et les vacances de printemps s’inspirent largement des usages pratiqués en Fédération Wallonie-Bruxelles et des règles applicables dans les autres communautés du pays.".

"Sortir le religieux par la porte pour le réintroduire par la fenêtre ! »

Le groupe MR se dit "assez surpris de l’énergie dépensée par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour déposer un projet de décret 'cosmétique' alors que les attentes de fond de l’école, comme des parents, ne sont toujours pas rencontrées." Françoise Bertieaux, Chef de Groupe MR au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ajoute: "Débaptiser le calendrier des vacances scolaires n’avait aucun caractère urgent et n’apporte d’ailleurs aucun élément nouveau ou fondamental dans la gestion du rythme scolaire, mais le faire le jour même où le Parlement reçoit les parents pétitionnaires contre le décret Inscriptions - qui attendent depuis des années que le Gouvernement trouve une solution décente – manque quelque peu d’élégance, pour ne pas dire de respect!".

Françoise Bertieaux poursuit: "Si la Ministre cdH de l’Education, Marie-Dominique Simonet, semble ainsi vouloir faire sortir le religieux par la porte, elle laisse en réalité la possibilité de le réintroduire par la fenêtre. Car, sous couvert de se détacher de la religion et des traditions, ce texte ouvre la voie à de nouveaux jours de congés liés à d’autres religions. Et cette formule, le MR la regrette fermement."

Publicité clickBoxBanner