Belgique

Avant de rencontrer les représentants des Communautés et des Régions, le gouvernement fédéral a annoncé mercredi une série de mesures pour répondre au «signal » donné par la marche silencieuse de dimanche.

«Malgré une diminution évidente de la criminalité dans certains arrondissements comme à Charleroi et malgré une diminution du sentiment d'insécurité dans la population, les événéments tragiques qui ont coûté la vie à un jeune gare centrale nous ont amené à faire le point de la situation et voir s'il y avait moyen d'améliorer certaines choses », a indiqué le premier ministre Guy Verhofstadt lors d'une conférence de presse, à laquelle il était entouré des ministres de la Justice et de l'Intérieur, Laurette Onkelinx et Patrick Dewael et des ministres de l'Intégration sociale et de l'emploi, Christian Dupont et Peter Vanvelthoven.

Dans le domaine de la justice, les mesures concernent cinq domaines, a dit Laurette Onkelinx: la nouvelle loi sur la protection de la jeunesse, la répression des incivilités, le renforcement des pouvoirs des bourgmestres, la prise en compte des victimes et le renforcement de la lutte contre le racket et le «steaming ».

En ce qui concerne la mise en oeuvre de la nouvelle loi sur la protection de la jeunesse et la sanction des jeunes ayant commis des faits graves, la ministre de la Justice a annoncé l'engagement de 10 magistrats de la jeunesse supplémentaires ainsi que l'engagement de 2 magistrats de liaison qui seront chargés d'aider les juges de la jeunesse à trouver des places dans des institutions spécialisées.

Elle a aussi rappellé que le gouvernement avait déjà décidé précédemment l'engagement de 27 criminologues qui interviendront notamment dans les dossiers de décrochage scolaire et accompagneront les jeunes qui s'engagent dans un projet personnel de réparation à l'égard des victimes de certains de leurs actes. L'appel aux candidats pour l'engagement de ces criminologues est clôturé. Les engagements devraient intervenir encore en 2006.

La ministre a encore dit que les Chambres spéciales du tribunal de la jeunesse devant lesquelles pourront être renvoyés, en cas de déssaisissement, les jeunes qui ont commis des faits graves ou qui sont multirécidivistes, seront mises en place dès 2007.

Elle a aussi rappelé d'autres dispositions prévues par la nouvelle loi comme le recours à la médiation et le stage parental.

Elle a ajouté que le gouvernement a également décidé de chercher un terrain pour le nouveau centre fédéral fermé où seront enfermés les jeunes condamnés à des peines de prison par ces Chambres spéciales ainsi que, dans la mesure des places disponibles, les «primo-délinquants ».

Des moyens budgétaires sont prévus dès 2005 pour les différents engagements, le stage parental et la médiation, pour un montant global de 5,3 millions environ. Pour la construction du nouveau centre fermé de 200 places dont le coût total est estimé à 26 millions d'euros, 1 million d'euros ont été prévus en 2006 et 5,5 millions d'euros en 2007. La Régie des bâtiments a été chargée de chercher un endroit approprié.

La ministre Onkelinx a aussi indiqué qu'elle demandera l'élaboration de plan judiciaire d'arrondissement pour mieux lutter contre les rackets et le steaming. Il faudra un magistrat de référence par arrondissement pour les faits de ce genre, qui devront être systématiquement enregistrés. Il faudra une réponse judiciaire à côté d'une réponse policière, a commenté Mme Onkelinx.

En ce qui concerne la lutte contre les incivilités, elle a rappelé que 43 médiateurs seront mis à la disposition des communes. Il y aura aussi 74 nouveaux engagements pour améliorer l'accueil des victimes.