Belgique

Les associations de riverains de l'aéroport de Zaventem Brussels Air Libre, Coeur-Europe, Comités de quartiers bruxellois et Solidair Tervuren-Overijse ont présenté lundi 20 mesures qui permettraient selon elles de réduire, de 180.000 à moins de 50.000, le nombre de victimes des nuisances sonores de Brussels Airport. Les riverains attendent par ailleurs de pied ferme les solutions que les autorités doivent proposer d'ici au 25 novembre pour mettre fin à plusieurs infractions.

 Globalement, les associations réclament notamment une surtaxe au départ et à l'arrivée pour financer le fonds d'indemnisation créé en 2000 mais qui n'a jamais servi, l'allongement de la nuit à 07h00 au lieu de 06h00, l'arrêt complet des vols de nuit, l'interdiction d'accès aux avions les plus bruyants, le départ systématique depuis les seuils de piste, le déplacement des vols cargo de nuit vers des aéroports régionaux ou encore la modification d'une série de routes.

Le 25 novembre marquera la limite des quatre mois dont disposait l'Etat fédéral pour proposer de nouvelles solutions, à la suite de la décision du tribunal civil de Bruxelles. Le 19 juillet, ce dernier avait condamné les autorités à faire cesser les violations de l'arrêté bruit de la Région bruxelloise en ce qui concerne l'utilisation de la route du canal, ainsi que pour la route du ring et la route aérienne empruntée pour les atterrissages sur la courte piste 01 entre 23h00 et 07h00.

Les associations s'attendent à ce que le ministre de la Mobilité, François Belot, se retranche derrière d'éventuels problèmes de capacité de l'aéroport pour justifier un statu quo. Sur ces points précis, elles recommandent de déplacer les vols de nuit de la route du canal vers la CIV 2L et la CIV 9F, ainsi que ceux de jour vers la route du ring.